Formation et emplois

Aimez-vous l'heure de pointe?

Comment aimez-vous l’heure de pointe? Pour beaucoup d’entre vous, cette expression rime avec embouteillages, frustrations et retard. Mais ça n’est heureusement pas la même chose pour tout le monde. J’arrive d’Abitibi. De Matagami, plus précisément. J’ai eu la chance d’y visiter une mine de zinc et de m’adresser à tout le personnel. Une fois par mois, la direction y invite tout le personnel de direction pour une rencontre informelle où on fait livrer de la pizza. D’où l’expression «heure de pointe(s)».

De quoi parle-t-on durant ces rencontres? Des performances en matière de santé et sécurité au travail, bien entendu. Et des préoccupations du moment. Mais, plus encore, on apprend à se connaître, à échanger et à se révéler en tant qu’êtres humains. Dès lors, aux yeux des collègues, on n’est plus un simple employé. À quand remonte votre dernière rencontre de ce genre? Votre dernière heure de pointes… de pizza? À force de travailler, on finit par oublier l’essentiel : une organisation est constituée d’êtres humains. Des êtres humains unis par un même but qui, pour trouver les semaines moins longues et le travail moins éreintant, doivent apprendre à «se connecter» sur le plan personnel.

Or, cette capacité d’apprendre à s’apprécier, même si elle peut grandir dans un cadre formel au fil des tâches et des activités, grandit mieux quand on peut laisser de côté son masque professionnel et redevenir soi-même le temps d’une pause. Cela renforce les liens et rend le travail plus agréable.

De plus, le retour sur investissement est énorme pour l’entreprise. Pour quel­ques pizzas, elle se retrouve avec des employés plus performants. Mais les avantages ne s’arrêtent pas là. On remarque en effet que le taux de rotation du personnel est moindre dans les organisations où les gens ont développé un bel attachement les uns envers les autres. Cela veut dire que de belles heures de pointe constituent une activité de fidélisation des employés. Ça n’est pas un mince avantage dans une société où la main-d’Å“uvre active périclitera au cours des prochaines années!

De plus, les employés qui s’apprécient s’épaulent et s’aident plus aisément. Nul besoin de le leur demander. C’est facile à comprendre. Abandonneriez-vous une personne que vous appréciez submergée par une montagne de dossiers sans lui offrir un peu d’aide? Dans les équipes dont les membres s’apprécient les uns les autres, la cohésion est plus forte. Même si votre patron refuse de contribuer financièrement, tentez d’organiser une heure de pointes prochainement. L’activité aura encore plus de valeur si chacun contribue.

Articles récents du même sujet