Formation et emplois

L'ABC de la cote R

C’est la période des demandes d’admission à l’université, et bien des finissants du collégial s’inquiètent de leur cote R. Sera-t-elle suffisante pour leur permettre d’être reçus dans le programme de leur choix? La cote R est une formule de calcul qui permet d’évaluer la qualité du dossier académique. Elle corrige la moyenne des notes de façon à ce qu’elle reflète mieux la performance de l’étudiant.

En effet, la moyenne est influencée par la façon de corriger d’un professeur. Certains professeurs sont plus sévères que d’autres, et les étudiants soumis à leur correction obtiennent une moyenne plus faible. La moyenne est aussi influencée par le calibre des collègues de classe. Les étudiants des classes où on trouve beaucoup d’étudiants talentueux ont également des moyennes plus faibles.

En corrigeant ces deux biais, la cote R permet une évaluation plus juste de la qualité du dossier des étudiants. Tous les programmes universitaires peuvent utiliser la cote R pour évaluer la qualité d’une demande d’admission. Néanmoins, lorsqu’un programme n’est pas contingenté, tous les étudiants qui répondent aux exigences de base de l’admission au programme y sont normalement admis. La cote R est donc particulièrement utile lorsqu’on doit contingenter le programme, c’est-à-dire limiter le nombre d’admissions. Un programme est contingenté lorsqu’il exige beaucoup de ressources (professeurs, équipement, etc.) et qu’il reçoit un nombre excessif de demandes d’admission.

Cela implique que certains étudiants devront être refusés malgré le fait qu’ils répondent à toutes les exigences de base. Seuls ceux ayant les meilleures cotes R seront alors admis.

Deux outils permettent aux étudiants de découvrir si leur cote R sera suffisante pour leur permettre d’être admis dans le programme de leur choix. La Conférence des recteurs des universités du Québec a produit un tableau permettant de connaître le nombre d’admis par tranche de cotes R, pour chaque programme et chaque établissement. On y apprend, par exemple, que 31 % des étudiants admis en sciences vétérinaires à l’Université de Montréal avaient une cote R de 34 ou plus et que 32 % des étudiants admis en informatique à l’Université Laval avait une cote R variant entre 20 et 24.

Ensuite, Hélène Trudeau, conseillère d’orientation au Cégep de Saint-Jean-sur-Richelieu, produit depuis plusieurs années un autre tableau indiquant la cote R du dernier candidat admis l’année précédente dans chaque programme contingenté, une indication très précieuse. Ce tableau se trouve sur le site de l’Association des conseillers d’orientation au collégial, dans la section sur les études universitaires.

Que faire si vous découvrez que vote cote R risque d’être insuffisante? Présentez votre candidature quand même. La cote R minimale nécessaire à l’admission change un peu d’une année à l’autre, et ce serait bête de ne pas essayer. Mais faites aussi un deuxième choix de programme, au cas où vous essuieriez un refus.

Articles récents du même sujet