Formation et emplois

Équité salariale, règlements dans huit universités

À la suite de l’annonce faite par le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), huit institutions universitaires du Québec voient le salaire horaire qu’elles offrent à leur em­ployés augmenter. De quel­ques sous pour certaines, d’environ 6 $ pour d’autres, mais de façon générale, de près de 2 $.

Ces résultats marquent la fin de travaux de plusieurs années qui visaient à corriger le déficit salarial systémique touchant les catégories d’emploi à prédominance féminine. Les établissements où le SCFP a finalisé des démarches d’équité salariale à la fin de l’année 2010 sont l’Université du Québec à Montréal, l’Université de Montréal, l’Université du Québec à Trois-Rivières, l’Université du Québec à Chicoutimi, l’Université du Québec à Rimouski, l’Institut national de la recherche scientifique, l’École de technologie supérieure ainsi que l’École nationale d’administration publique.

Les personnes ayant occupé l’une des fonctions à prédominance féminine visées toucheront donc des ajustements rétroactifs, qu’elles soient actives ou retraitées,  et même si elles ont changé d’employeur. Ces versements pourraient s’élever à plusieurs milliers de dollars dans chaque cas. 

Exemples
Voici des exemples d’augmentations du salaire horaire pour des fonctions parmi les plus courantes dans les établissements visés. Il s’agit de moyennes calculées pour certains de ces établissements :

  •     Agent d’administration :      2,66 $
  •     Commis aux comptes à recevoir : 1,88 $
  •     Commis au registraire :    1,37 $
  •     Commis (bibliothèque)    0,90 $
  •     Commis comptable : 1,28 $
  •     Secrétaire : 1,45 $
  •     Secrétaire de direction :         2,63 $
  •     Technicien en administration : 1,77 $
  •     Technicien en documentation : 1,77 $

Articles récents du même sujet