Formation et emplois

L'appel des Territoires du Nord-Ouest

La campagne Faites le saut, organisée par le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, a été lancée la semaine dernière. Elle se poursuit jusqu’en avril partout au Québec. Métro s’est entretenu avec Anne-Christine Boudreau, la coordonnatrice et l’ambassadrice de la campagne.

La campagne Faites le saut a été mise sur pied en partenariat avec le Conseil de développement des Territoires du Nord-Ouest, un organisme francophone. Son but est de promouvoir cette région et de trouver des candidats intéressés à combler les 30 000 à 40 000 emplois qui se créeront dans cette région du pays au cours des prochaines années.

Anne-Christine Boudreau, une Québécoise originaire des Îles-de-la-Madeleine ré­cemment installée dans les Territoires (TNO), est bien placée pour parler des perspectives d’emploi et d’émigration qu’offre cette région. «Je suis arrivée à Yellowknife en novembre dernier, seulement trois mois après avoir fini ma maîtrise en aménagement du territoire et développement régional, raconte-t-elle. Ce qui m’a tout de suite plu, c’est la qualité de vie exceptionnelle.» Les conditions d’emploi ainsi que les possibilités d’avancement de carrière rapides ont suffi à la convaincre qu’elle avait fait le bon choix en postulant à cet emploi.

Il est vrai que les conditions de travail et de salaire sont particulièrement intéressantes. Mais ce qui conforte le plus Anne-Christine dans son choix est la qualité de la vie sociale et communautaire qu’elle a découverte en arrivant. «Avec plus de 20 000 habitants, je me sens dans une atmosphère vraiment urbaine, avec une véritable vie culturelle, tout en ayant accès à la pleine nature en quelques minutes seulement, c’est exceptionnel!» s’enthousiasme-t-elle.

L’image que l’on peut se faire de la vie dans les TNO fait la part belle aux clichés : des emplois dans les mines, le froid, la nuit qui tombe très tôt, l’absence de vie sociale. L’ambassadrice de la campagne Faites le saut balaye ces préjugés : «Moi aussi, quand je suis arrivée, je pensais me rattraper dans mes séries télévisées! Finalement, j’ai découvert qu’il y avait dans les Territoires une véritable vie sociale et un bel esprit communautaire.» Elle évoque ainsi l’Association franco-culturelle de Yellowknife, qui organise de nombreuses activités chaque semaine, dont des spectacles de danse, des ateliers de construction d’igloo ou encore des sorties à la cabane à sucre.

Elle souligne qu’il existe des perspectives d’emploi dans tous les domaines. «Avec les grands projets de pipeline et de géothermie qui devraient commencer d’ici peu, la région aura besoin de travailleurs des secteurs de la construction et des mines, mais aussi dans le domaine des services, en santé, en communication et marketing, en éducation, en administration…» Ces opportunités sont particulièrement intéressantes pour les jeunes : «Je n’aurais probablement pas obtenu mon poste aussi vite si j’étais restée au Québec. Il y a des emplois à responsabilité et beaucoup de possibilités d’avancement de carrière.»

Mais est-il possible de travailler en français dans les TNO ? «Les postes en français sont peu nombreux, convient Anne-Christine Boudreau. Même s’il existe des écoles et des associations culturelles francophones, et s’il est tout à fait possible d’accéder à des soins de santé en français, la communication au quotidien avec les collègues ou les habitants se fait en anglais», conclut-elle.

Pour plus d’informations visiter les sites :
www.faiteslesaut.ca
faiteslesaut.wordpress.com

Articles récents du même sujet