Formation et emplois

Penser comme Léonard de Vinci

Photo: Métro

Léonard de Vinci était à la fois artiste et homme de science. Ses techniques de créativité ont de quoi inspirer. En voici un résumé.

Curiosità : la curiosité
Léonard de Vinci a noirci plus de 7 000 pages de notes et d’observations dans des cahiers. Il notait ensuite les thèmes récurrents. On peut faire de même: l’encre mentale sèche si rapidement! Une technique payante? Bill Gates aurait acheté 18 feuillets de ces carnets… pour 30,8 millions!

Le grand peintre observait la réalité selon des perspectives différentes, par exemple en dessinant une fleur sous trois angles. On peut s’en inspirer pour développer une vision plus large. Il n’y a rien de pire que d’avoir une seule solution, parce qu’on y tient trop!

Environ 78 % des bonnes idées émises en séance de remue-méninges le sont au cours de la deuxième partie!

Dimostrazione : les erreurs
Cet inventeur inclassable privilégiait l’expérimentation, annotait ses erreurs et tentait d’apprendre de ses anti-modèles, des gens qui avaient déjà commis des erreurs à ne pas répéter. Il observait ses toiles à travers un miroir et se reculait pour les voir dans leur ensemble.

Les organisations les plus créatives sont celles où on tolère les erreurs. Prenons le cas des feuilles de notes autocollantes, issues d’une colle qui ne prenait pas vraiment, le fameux Post-It. De Vinci s’interrogeait sur ses croyances et se demandait sur quelles bases elles étaient fondées.

À notre tour, quelles leçons avons-nous tirées de nos erreurs? Si nous n’avions pas peur de nous tromper, que ferions-nous?

Sensazione : les cinq sens
De Vinci raffinait ses cinq sens dans la création de ses œuvres. Il disait de la musique «qu’elle façonne l’invisible». Nos perceptions sensorielles et corporelles nous donnent accès à de l’information privilégiée, au-delà des efforts intellectuels. Un essai : connaissez-vous la couleur des yeux de vos collègues?

Sfumato : le doute, le paradoxe et l’ambiguïté
Le maître tolérait non seulement l’ambiguïté, mais il la recherchait. Il donnait à l’occasion des banquets d’êtres grotesques, pour stimuler sa recherche sur les expressions du visage. Ses étranges bêtes et La Joconde sont en soi des modèles d’incertitude.

Comment tolérons-nous le doute? Laissons-nous macérer les situations quand c’est nécessaire? Léonard croyait «qu’il est bon de prendre quelque divertissement» lorsqu’il bloquait devant une toile blanche. Le sfumato fait aussi la belle part à l’intuition.

Arte/Scienze : l’équilibre art et science
De Vinci stimulait les deux côtés de son cerveau : il se disait d’ailleurs meilleur artiste à cause de ses études techniques sur l’anatomie et la botanique.

Quel côté du cerveau domine chez vous? Logique ou imagination? Et chez vos collègues?

Corpolità : la grâce, l’élégance et la forme
L’auteur de La Cène vivait à fond la maxime «Un esprit sain dans un corps sain». Il s’adonnait à de nombreuses disciplines sportives et était ambidextre.

Pour être créatif, il faut être connecté à soi, faire circuler l’énergie!

Connessione : la pensée systématique
Léonard de Vinci cherchait sans cesse le rapport entre les nuages, le vol d’un oiseau, la terre, etc.

Il pratiquait la pensée systématique et combinait des éléments disparates pour créer de nouvelles idées, ce qui est le fondement de la créativité. Ce grand homme a su développer une pensée fluide, qui sait s’adapter.

***
Réflexion

Questions à la manière de Léonard de Vinci

  • Si vous n’aviez pas peur de vous tromper, que feriez-vous?
  • Connaissez-vous la couleur des yeux de vos collègues?
  • Quel côté du cerveau domine chez vous ? Logique ou imagination?
  • Comment tolérez-vous le doute?
  • Laissez-vous macérer les situations quand c’est nécessaire?

Source : concertacom.com

Un livre pour s’inspirer
Pensez comme Léonard de Vinci: Soyez créatif et imaginatif
Michael J. Gelb, Éditions de l’Homme, 295 p.

Articles récents du même sujet