Formation et emplois
17:10 3 mai 2016 | mise à jour le: 14 juin 2021 à 14:49 Temps de lecture: 3 minutes

Les métiers en santé promis à un bel avenir

Les métiers en santé promis à un bel avenir
Photo: MétroPharmacist

Malgré les coupes dans le milieu de la santé québécois qui ont fait couler beaucoup d’encre depuis un an, le domaine reste parmi ceux offrant les meilleurs perspectives d’emploi, selon le dernier palmarès des carrières d’avenir effectué par Jobboom.

«Il y aura toujours des besoins en santé, souligne Simon Granger, responsable du contenu chez Jobboom. Les enjeux politiques qui y sont liés peuvent parfois donner l’impression que les perspectives d’emploi sont fermées, mais il faut les regarder d’un point de vue global et à long terme.»

Malgré les récentes compressions, la santé figure tout de même parmi les quatre secteurs offrant les meilleurs perspectives d’emploi, aux côtés des secteurs des technologies de l’information (TI), de l’ingénierie et de l’administration. Jobboom est arrivé à cette observation après avoir identifié 75 formations techniques, collégiales et universitaires se distinguant par leurs bons taux de placement, les salaires concurrentiels qui y sont associés, les conditions de travail et les bas taux de chômage liés aux professions qui y correspondent.

Le vieillissement de la population n’est pas étranger à la grande demande de professionnels de la santé. «On estime à 50 000 les départs à la retraite d’ici 2019 dans le milieu, ce qui créera de l’emploi dans tous les secteurs, souligne M. Granger. Par ailleurs, le vieillissement de la population entraîne des besoins plus nombreux et plus grands.»

Cette augmentation des besoins ne touchera pas seulement les métiers de première ligne, comme les médecins et les infirmières, continue le responsable du contenu de Jobboom, mais aussi des gens de toutes les spécialisations, dont des pharmaciens, des préposés aux bénéficiaires ou des techniciens en denturologie.

«Plusieurs métiers sont remplacés par des machines et des robots au fil du temps, mais les professionnels de la santé sont très difficiles à remplacer.» –Simon Granger, responsable du contenu chez Jobboom

Formations étoiles
Quelques formations en santé sont aussi identifiées par Jobboom comme des étoiles parmi les 75 formations gagnantes de son 19e palmarès.

Le programme Techniques d’assistance en pharmacie y figure. Ses diplômés sont de plus en plus demandés en raison du vieillissement de la population et des heures d’ouverture prolongées des pharmacies. Le taux de chômage est de 3,8 %, et le salaire hebdomadaire moyen, de 579 $.

Le programme d’aide à la personne à domicile offre lui aussi de très bonnes perspectives d’emploi à ses finissants avec un taux de chômage de 6 % et un salaire hebdomadaire moyen de 603 $. «Ces professionnels seront très sollicités au cours des prochaines années, car le maintien à domicile des personnes âgées sera un enjeu important», souligne M. Granger.

Au collégial, la formation en technologie d’analyse biomédicale affiche un taux de chômage presque nul, à 0,5 %, et un salaire moyen de 760 $. Le DEC en techniques d’orthèses visuelles, qui mène au métier d’opticien d’ordonnance, offre aussi de très bonnes perspectives d’emploi à ses diplômés, les gens ayant de plus en plus besoin de lentilles et de lunettes en vieillissant. Le taux de chômage noté est nul, et le salaire hebdomadaire moyen, de 771 $.

Parmi les formations universitaires, celle que suivent les futurs ergothérapeutes, des professionnels qui aident les personnes atteintes d’une incapacité physique, psychologique ou mentale à améliorer leur autonomie, affiche un taux de chômage de 1 % et un salaire hebdomadaire moyen de 931$.

Articles similaires