Environnement

Que deviennent vos sapins de Noël une fois à la rue?

Ramassage des sapins, et après ?
Lendemain de tempête, François ramasse les derniers sapins dans les rues de Saint-Léonard. Photo: Yohann Goyat/Métro

Voulant connaître le sort réservé aux sapins naturels une fois les fêtes de Noël terminées, le journal Métro a suivi deux employés de l’entreprise Matrec durant leur dernière tournée de ramassage, le 19 janvier.

Il est 7h30 et les employés de Matrec – entreprise qui s’occupe du ramassage des ordures ménagères, des matières organiques et du recyclage – sont prêts à entamer leur dernière tournée de ramassage des sapins naturels. Tempête ou pas, ils arpentent chaque mois de janvier les rues de tous les quartiers de Montréal.

Après avoir reçu leur feuille de route de la part de leur supérieur, François et Gérard embarquent dans leur camion pour une longue tournée.

Armé seulement d’une bonne paire de mitaines chaudes, François ramasse les arbres pendant que Gérard conduit le camion. «Une job pas plus éprouvante que celle du ramassage du compost ou du recyclage», explique ce dernier.

Chaque jour, ce sont entre 50 et 60 sapins qui sont récoltés par le duo. Le volume de leur collecte peut varier, mais ce jour-là, étant donné qu’il s’agit de la dernière tournée, les quantités sont moindres.

286

Le nombre de tonnes de sapins qui ont été collectées par les villes de l’agglomération de Montréal en 2021.

André, superviseur et responsable chez Matrec, explique que lors des premières tournées, près de 200 sapins peuvent être ramassés dans le secteur de Saint-Léonard, où il officie.

Travail de précision

Au volant de son imposant camion benne, Gérard doit se frayer un chemin dans les petites rues et jongler avec les autres véhicules qu’ils croisent de même que les amonts de neige qui n’ont pas encore été ramassés.

François, lui, alterne entre sorties de cabine et équilibre sur une jambe à l’arrière du camion. La consigne de déposer les sapins en bordure de trottoir, le tronc en direction de la route, prend alors tout son sens. Une manière de limiter les manipulations pour l’employé en question et de soulever des charges trop lourdes sur une longue distance.

Après la tempête, la circulation des camions benne peut parfois être très compliquée / Yohann Goyat, Métro média

Et après?

Après plus de cinq heures à ramasser le maximum de sapins qu’ils peuvent, François et Gérard conduisent leur camion à l’un des deux sites de recyclage du bois situé à Montréal.

Le centre de tri GFL (Green For Life) Environmental génère chaque année près de 400 000 tonnes de matières organiques dans ses installations. «La capture et le compostage des déchets organiques sont un facteur clé des solutions durables de gestion des déchets à long terme», fait savoir la firme.

Les sapins seront ainsi recyclés en produits tels que le compost, les copeaux de bois et le paillis. Soit le bois est recyclé, soit il est utilisé pour la valorisation énergétique. «Le bois broyé en copeaux est transporté vers des entreprises qui en font de la combustion à des fins énergétiques», explique la Ville de Montréal. Cette matière est utilisée comme biomasse pour la production d’énergie électrique.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet