Inspiration

C’est quoi l’buzz de dormir dans sa voiture en vacances? 

Dormir dans sa voiture
Dormir dans sa voiture. Photo: Leio McLaren/Unsplash

Depuis quelques années, Instagram nous vend le rêve de la vanlife comme la rencontre parfaite entre le confort et la liberté de se déplacer. Mais, s’acheter un van et le transporter partout, ce n’est pas donné à tous. Alors, pour voyager pas cher, une autre tendance a vu le jour: celle consistant à dormir dans sa voiture. Tout simplement.

Cette idée de dormir dans sa voiture plutôt qu’à l’hôtel ou dans un autre lieu d’hébergement s’est effectivement développée comme une alternative cheap et minimaliste à la vanlife. Les avantages de la voiture, c’est que souvent on en possède déjà une, c’est plus petit, c’est moins cher et c’est moins de gestion. 

«Le prix des vans a explosé ces dernières années, indique Gabriel Jousset, fondateur de l’entreprise de vente et location d’équipement pour vans, Le Baroudeur. Les gens se disent donc qu’ils ne peuvent pas en acheter, ils vont donc dormir dans le véhicule qu’ils possèdent déjà en attendant de voir si le prix baisse éventuellement.» 

Bianca Pomerleau, autrice du blog de voyage La Grande Déroute, a elle aussi vu cette pratique se développer. Elle a d’ailleurs créé un groupe sur Facebook d’adeptes du dodo dans l’auto, Dormir dans sa voiture, dont le nombre de membres ne cesse de grandir. Ils sont à ce jour plus de 5000. 

Comme elle l’explique, les gens vont souvent dormir dans leur voiture le temps d’une petite escapade de quelques jours. Ils ne tiennent pas nécessairement à s’équiper d’un super van mais recherchent la même liberté. 

Une bagnole bien équipée

Mais comment s’installe-t-on pour bien dormir dans sa voiture?  

La première étape est de baisser la banquette arrière (idéalement on a une voiture à hayon) et d’y placer un matelas. Ce peut être un matelas de camping, un matelas mousse ou un matelas taillé sur mesure. 

Ensuite, on installe des rideaux et des moustiquaires devant les fenêtres, histoire d’avoir de l’intimité, de bloquer la lumière et de pouvoir aérer la voiture sans laisser entrer les moustiques.  

Une fois ces étapes de base accomplies, chacun est libre d’ajouter des articles selon ses besoins. On peut, par exemple, se procurer de l’équipement de camping, une glacière électrique, une toilette portative et, pourquoi pas, installer une tente de toit pour s’offrir un deuxième étage.  

Où roupiller? 

S’il est légal de dormir dans sa voiture, certains endroits ne tolèrent pas que l’on y passe la nuit. Il est donc important de se renseigner avant de partir. 

Les municipalités ou les provinces ont souvent leur propre réglementation par rapport à cette pratique. Certaines sont très accueillantes, d’autres moins.  

À titre d’exemple, la Côte-Nord est super accueillante, raconte Bianca. La pratique est bien encadrée tout en restant très ouverte. Une liste d’endroits où dormir dans sa voiture est même fournie par l’Office du tourisme. 

À l’opposé, la Ville de Québec est beaucoup plus restrictive. Le règlement municipal stipule «qu’il est interdit à une personne, sans motif raisonnable dont la preuve lui incombe, de flâner, de vagabonder ou de dormir dans une rue ou dans un endroit public». 

Il est aussi interdit de passer la nuit dans une halte routière.  

Quelques règles en plus 

  • Fêtard.e.s, prenez note, il est interdit d’être intoxiqué dans sa voiture, qu’elle roule ou non. C’est donc illégal de se coucher soûl.e dans sa voiture. 
  • Et la règle la plus importante, qui ne change pas peu importe l’endroit, est bien claire: on ne laisse aucune trace de son passage. Autrement dit, on ramasse tous ses déchets! 

La série «C’est quoi l’buzz» décortique les plus récentes tendances de manière décomplexée. Faites vos «pense-bons» lors de vos prochains soupers en la lisant régulièrement dans la section Inspiration du Journal Métro.

Besoin d’idées d’activités? Inscrivez-vous à notre infolettre Week-end!

Articles récents du même sujet