Soutenez

Journée portes ouvertes de mon corps

Vas-tu finir se prononce sur Andrew Tate et les masculinistes.
Photo: Métro

(Un texte de Caroline Décoste, écrit avec l’aide de Mathieu Charlebois et son petit ventre qui le complexe.) 

Je vous avertis avant qu’on commence la visite : c’est pas une construction récente. Et depuis que ce corps-là a accouché deux fois, il y a eu des petits dégâts d’eau, si vous voyez ce que je veux dire.  

Débutons par la face. Comme vous pouvez voir, elle est encadrée par deux joues qui donnent l’impression d’un écureuil qui fait des provisions. Et on dirait aussi que l’écureuil dort en se servant du deuxième menton comme d’un hamac. C’est un cas de «oups, la trentaine!». 

Au-dessus du stash à snacks de l’écureuil, il y a des cernes. Un peu comme tout le tour d’un bain, mais tout le tour des yeux. La proprio a essayé de mettre de la crème, mais oubliait une fois sur trois, pis finalement le tube a passé date dans le tiroir.  

Passons maintenant à la poitrine, surnommée «buffet à volonté» pendant trois ans. Faites pas attention au désordre, ni au gros poil noir sur le mamelon droit : j’ai pas eu le temps de ramasser, et on est en SPM.   

Juste en dessous (et vraiment tout près parce que la gravité, hein!), il y a déjà eu un nombril sur des muscles tendus, mais la pièce est maintenant divisée en deux, avec des grands droits mous de chaque bord. Au milieu, un gros coussin qui peut servir d’oreiller, de support à assiette de pizza ou de raison de se faire féliciter pour un troisième enfant qui n’existe pas. C’est une pièce polyvalente! 

Vous remarquerez aussi ce que les gourous de la pensée positive appellent «des rayures de tigresse à porter avec fierté», mais que je préfère appeler, bêtement, «mes vergetures». 

Ben oui, dans mon corps de jeune fille il y a eu des (tout le monde ensemble!) changemeeeeents. Je n’aime pas particulièrement mon corps post-grossesse. Le trouver beau et admirable à chaque seconde de son existence, digne de se faire sculpter dans le marbre en vue d’une expo au Louvre ou au Centre des arts de Magog, demande du temps et de l’énergie que la mère ci-présente préfère consacrer à dormir et se cacher dans la toilette pour avoir la paix deux minutes. Plutôt que la positivité corporelle, je vise la neutralité.  

Après tout, ce corps me sert au quotidien, un peu tout croche des fois surtout si je suis à genoux trop longtemps parce que hey on n’a pu vingt ans, mais il me permet de faire grimper mes enfants sur mon dos, de courir (pas trop vite; un périnée, c’est fragile) au parc et d’avoir du plaisir. Ce corps contient aussi mon cerveau, organe que je trouve «pas pire, pas pire». À défaut d’admirer mes mamelons qui pointent toujours un peu plus le sol, je peux au moins admirer ça. Et en être contente. 

Se trouver belle, certains jours, c’est beaucoup demander. Ces jours-là, ne pas s’haïr, c’est déjà bien. 

Faque merci, corps. 

[Se donne une binne sur l’épaule] [Se surprend] [Fait un petit début de pipi à cause de la surprise.] 

Une infolettre l’fun? Abonnez-vous à celle du Week-end pour voir!

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.