À table

Projet Abondance: Habiter… le Soleil et la Terre

Il n’est pas question ici d’astres ou de planètes. Le Soleil et la Terre sont plutôt deux immeubles qui font partie du projet Abondance, d’ÉcoCité Déve­lop­pements, une entreprise de développement en immobilier durable. Le Soleil, un triplex, a remporté la compétition de design d’habitations EQuili­brium de la Société canadienne d’hypothèques et de logement. L’objectif du concours était de créer un logement «zéro énergie». Il s’agit du premier condo entièrement alimenté à l’énergie solaire au Canada.

La deuxième phase, la Terre, est un édifice vert de 17 unités qui sera prêt à recevoir les résidants en novembre 2010. Ce dernier répondra aux critères LEED pour les bâtiments durables, mais ne dépendra pas complètement de l’énergie solaire. «On peut tout de même prévoir de 50 à 80 % d’économies en chauffage et en climatisation par rapport à l’immeuble typique», expli­que le concepteur de projet Christopher Sweet­nam-Holmes, le fondateur d’ÉcoCité.

Presque tous les matériaux utilisés ont été fabriqués localement et ont un faible impact sur l’environnement et la santé. «On s’est inspiré des éléments écologiques du Soleil, mais on avait surtout pour objectif de faire un projet écologique plus abordable», indique l’entrepreneur.

L’écologie, d’abord une qualité de vie
M. Sweetnam-Holmes soutient que le but de ses constructions n’est pas simplement d’offrir un immeuble écologique. Il s’agit plutôt d’une démarche permettant de proposer une meilleure qualité de vie aux résidants. Toutes les unités possèdent une terrasse ou un balcon. «Ils sont tous d’au moins six pieds de largeur pour qu’on puisse vraiment en profiter», précise le développeur de projet. Il y a également une grande terrasse sur le toit et une cour centrale, toutes deux partagées avec le triplex le Soleil. À cela s’ajoutent des stationnements pour vélos et voitures.

De plus, le design des unités cherche à mettre en valeur la lumière naturelle. Tous les logements possèdent des fenêtres orientées vers le sud et les nombreuses passerelles extérieures assurent une bonne luminosité dans chaque habitation. Un autre objectif était d’assurer une diversité en termes d’occupants en offrant une variété de condos. Il y a donc de petits appartements de 650 pi2, tandis que les plus grands font 1 600 pi2. «Le but est d’attirer diffé­rentes personnes de différents milieux socio-économiques», explique M. Sweetnam-Holmes.

Les résidants paient également pour un mode de vie. L’achat inclut des cartes de membre d’un service d’autopartage et d’un centre de conditionnement physique à proximité de l’immeuble, en plus de la livraison de produits biologiques cultivés localement. L’emplacement a aussi été choisi pour favoriser ce style de vie. «Verdun est idéal, car très accessible, proche de nombreux services et transports en commun, et la valeur du marché de l’immobilier est encore abordable», déclare l’hom­me à l’origine du projet, qui a d’ailleurs quitté le Plateau pour habiter le triplex le Soleil.

Une valeur ajoutée

De plus en plus de personnes se montrent intéressées par ce type de constructions écologiques, estime Christopher Sweetnam-Holmes. «C’est une valeur additionnelle, mais les acheteurs ne sont pas des écolos. Cela veut dire que notre projet offre des éléments intéressants pour tout le monde, précise-t-il. L’idée n’est pas d’acheter parce que c’est vert, mais d’acheter parce que ça offre une meilleure qualité de vie.»

Pour plus de détails, visitez www.ecocite.com

Articles récents du même sujet