Évasion, loisirs et plein air

C’est quoi l’buzz des vélos à une vitesse? 

Photo: iStock

Les vélos single speed, ou à vitesse unique, ont la cote à Montréal. S’ils étaient auparavant réservés à un certain type de cycliste, les livreur.euse.s du centre-ville, ils se sont aujourd’hui grandement démocratisés. 

«On voit une recrudescence du nombre de personnes qui convertissent leur vélo à vitesses en vélo single speed», confirme Nico, bénévole depuis dix ans au Mile End Bike Garage.  

Mais pourquoi cet engouement? 

Légèreté 

Un des plus importants avantages du vélo à une seule vitesse est son poids, beaucoup plus léger que celui d’un vélo avec plusieurs vitesses. La raison: des pièces lourdes liées au mécanisme, comme le dérailleur, la cassette et les manettes, sont enlevées. 

Un vélo plus léger est donc plus aérodynamique et rapide, ce qui permet au cycliste de fournir moins d’efforts, à moins de monter une côte. Il est également plus facile à trimballer quand on doit le transporter dans des escaliers, par exemple. 

Entretien plus simple 

Le retrait de ces pièces rend également le vélo beaucoup plus simple à entretenir.  

«L’utilisation la plus pertinente du single speed en ville, c’est lorsqu’on pédale l’hiver aussi, indique Julian Gammon, copropriétaire des magasins C&L Cycle. C’est à ce moment que les composantes accumulent du sel et donc de la corrosion [peut se former sur le mécanisme et affecter la performance du vélo].»  

«Avoir moins de pièces qui bougent – pas de dérailleur, pas de manette de vitesse –, ça simplifie la machine», ajoute-t-il en précisant qu’il y a donc moins de risques de défectuosités. 

Les chaînes des vélos single speed auraient aussi une durée de vie trois à quatre fois plus longue que celles d’un vélo à vitesses, selon Nico du Mile End Bike Garage. 

Moins cher 

Moins de pièces veut aussi dire moins coûteux, autant à l’achat que pour l’entretien.  

«Une facture de mise au point sur un vélo single speed est presque toujours plus basse que sur un vélo avec vitesses», confirme Julian Gammon.  

«Et lorsque notre vélo ne nous a pas coûté trop cher, on a moins peur de se le faire voler, ce qui fait du bien», se réjouit Nico.  

Pas pour tous 

Cela étant dit, si le vélo single speed est très pratique en ville, il n’est pas pour tout le monde non plus. Les cyclistes qui doivent faire de grandes distances ou qui ont régulièrement à monter des côtes vont certainement privilégier un vélo avec vitesses, lequel réduit l’effort à fournir. 

Il est possible de choisir son ratio de vitesse (voulez-vous aller plus vite ou démarrer plus facilement?) sur son vélo single speed, mais aucun ratio ne permet de grimper et d’aller vite sur les plats. Il faut faire des compromis.  

«Le choix du ratio, ou même du single speed, va se faire en fonction de l’endroit où tu demeures dans la ville et des déplacements que tu dois faire», indique Julian Gammon.  

Par exemple, un cycliste qui demeure sur le Plateau et ne se déplace que dans ce quartier n’aura pas les mêmes besoins qu’un autre qui doit se rendre à l’Université de Montréal ou gravir la côte Sherbrooke tous les jours.  

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet