Évasion, loisirs et plein air

À la découverte du Nouveau-Mexique

Geneviève Décarie, Guides de voyage Ulysse

Cinquième État américain de par sa superficie, le Nouveau-Mexique ne compte pourtant que 0,6 % de la population nationale, avec tout juste deux millions d’habitants. Terre des grands espaces solitaires, impitoyables, désertiques et aux horizons infinis : voilà l’image que s’en font généralement les étrangers. Si cette vision reflète une réalité certaine, elle en cache toutefois une autre, celle du Nouveau-Mexique des montagnes Rocheuses, des forêts alpines recelant des lacs aux eaux cristallines, des cavernes aux formations géologiques extraordinaires et des plateaux aux spectaculaires et colorées mesas.

Envahi initialement par les Amérindiens il y a plus de 10 000 ans, conquis au XVIe siècle par les Espagnols et passé des mains du Mexique à celles des États-Unis en 1846, le Nouveau-Mexique s’enorgueillit aujourd’hui de son héritage triculturel. Ce microcosme des univers culturels amérindien, hispanique et anglo-saxon évoluant dans un environnement géographique sublime fait du Nouveau-Mexique un État farouche, exotique, magique, surprenant, qui défie, à bien des égards, les grands stéréotypes américains.

Sante Fe
Aux confins septentrionaux du royaume de la Nouvelle-Espagne, le gouverneur Don Pedro de Peralta n’aurait pu choisir une plus belle contrée en 1609 pour fonder ce qui est aujourd’hui Santa Fe. Nichée dans une vallée s’élevant à 2 190 m au-dessus du niveau de la mer, entre le Rio Grande et la sierra Sangre de Cristo, Santa Fe bénéficie d’un climat exceptionnel et se trouve environnée d’éco-systèmes diversifiés avec ses montagnes multicolores, sa forêt de conifères, son désert et ses nombreux ruisseaux.

Forte de ses 400 ans d’histoire, la cité dévoile, au rythme de vos pas, ses charmantes rues étroites où domine l’harmonieuse architecture de style hispano-amérindien. Véritable paradis pour les créateurs, la ville semble être une immense galerie d’art et, malgré sa petite taille, Santa Fe célèbre avec faste son savoir-faire gastronomique.

Une fascinante excursion dans la nature au milieu de sites archéologiques attend les visiteurs au Bandelier National Monument, situé à l’ouest de Santa Fe. Situé sur un territoire de 21 200 km2 dans le Canyon de Frijoles, à 77 km à l’ouest de la ville, le site comprend des dizaines de sentiers de randonnée pédestre guidant les visiteurs aux ruines anasazis datant du début du XIVe siècle.

Albuquerque
La ville d’Albuquerque, la métropole de l’État, se laisse découvrir d’un pas nonchalant. Durant la promenade, la ville dévoile ses superbes ruelles, jardins, vérandas et patios. Bien que pratiquement tous les bâtiments d’adobe aient été transformés en boutiques de souvenirs, restaurants ou musées, leur architecture coloniale n’en demeure pas moins, dans la majorité des cas, inviolée.

Au nord-ouest de la ville, on découvre, inscrite sur le roc, une des plus fascinantes pages de son histoire. Situé dans une coulée de lave pétrifiée, le Petroglyph National Monument comporte plus de 15 000 dessins représentant des hommes, des oiseaux, des serpents et d’autres animaux, ainsi que des motifs géométriques. Certains pétroglyphes remontent à plus de 3 000 ans, mais la majorité a été exécutée entre 1300 et 1680 par des Pueblos, dont les descendants s’y rendent d’ailleurs toujours en pèlerinage aujourd’hui.

Taos
Est-ce le ciel étincelant, les couchers de soleil couvrant la gorge du Rio Grande de teintes multicolores, ou encore l’air pur des montagnes qui ont convaincu, en 1898, les artistes Bert Phillips et Ernest Blumenschein, en route vers le Mexique, de s’arrêter définitivement à Taos? Quelle qu’en soit la raison, bon nombre d’écrivains, de penseurs, de peintres et de sculpteurs aussi célèbres qu’Aldous Huxley, Carl Jung, D.H. Lawrence et Georgia O’Keeffe leur emboîtèrent le pas vers Taos une migration qui se poursuit encore de nos jours. Aujourd’hui, de jeunes gens bohèmes se regroupant autour de la paisible Plaza cherchent tant bien que mal à recréer l’esprit d’une époque révolue.

Petite ville nonchalante, sans prétention, regorgeant de culture, elle attire par son charme de plus en plus de touristes chaque année, surtout grâce aux innombrables activités de plein air qu’offrent les vastes espaces vierges de la région, ce qui ne va pas sans affecter progressivement l’esprit même de ce village montagnard.

White Sands National Monument
Dans la même région, le bassin de Tularosa compte près de 440 km2 de dunes de gypse d’une blancheur étincelante. Véritable paradis pour les photographes, cette mer de sable immaculée, qui croît à raison de 40 cm par année, se transforme à l’aube et au crépuscule en une symphonie de couleurs. Les visiteurs sont conviés à se promener en voiture ou à pied au milieu des dunes dont certaines atteignent
20 m de hauteur.

Le sud de l’État

Aux confins australs d’une terre désertique brûlée par le soleil aux horizons parsemés sporadiquement de ranchs et de tours de forage, niche dans une chaleur écrasante l’une des merveilles géologiques du continent : les cavernes de Carlsbad, qui forment un important  réseau de galeries souterraines ornées de fantastiques stalagmites et stalactites.

Articles récents du même sujet