Manger et boire local

Joy Hill: surprenant vin nature d’ici

Les recommandations de la semaine des vinfluenceurs Beau Joe
Les recommandations de la semaine des vinfluenceurs Beau Joe Photo: Gracieuseté Beau Joe

Le vin québécois se transforme et gagne en finesse grâce à la curiosité de nos vignerons. C’est d’ailleurs pourquoi les nouvelles maisons spécialisées dans les vins bio et nature se multiplient dans la province, du Bas-Saint-Laurent jusqu’aux Laurentides.  

Nous nous arrêtons aujourd’hui à Frelighsburg, en Estrie. On y trouve la colline Joy Hill, avec ses 300 mètres d’altitude, et à son sommet, le vignoble qui partage son nom.  

La Maison Agricole Joy Hill est le fruit du travail de Justine Therrien et de Julien Niquet, un couple passionné de vin et de la fermentation. En 2017, ils plantent 37 000 vignes en vitis vinifera (des vignes d’origines européennes dites nobles), dont du chardonnay, du riesling et du gamay. Ils sont d’ailleurs les premiers au Québec à élaborer du vin à partir des cépages grüner veltliner et blaufränkisch. Excitant! 

Les vignerons travaillent leurs vins avec très peu d’intervention, en respectant le climat et l’environnement. Et ça paraît: nous avons fait l’essai de leurs toutes premières cuvées de vins nature, dont ces deux bombes qui font vite oublier qu’ils proviennent d’un si jeune vignoble.  

Leur vin mousseux, Fréli en juillet (24$), est éclatant, frais et citronné, à la bulle légère. Un vrai petit rayon de soleil pour accompagner vos débuts de soirée. Petit scoop: le vignoble sortira une autre variante pour vos petits partys en décembre ! 

Leur gamay, Roche-Mère (25$), a peut-être l’apparence d’un petit jus, mais il surprend en bouche avec une belle structure et de la matière. Très digeste, on perçoit de petits fruits croquants au goût et un soupçon charnu au nez. À boire en apéro avec un plateau de charcuteries… ou en tout temps.  

Ces vins partent vite! Retrouvez-les ici: l’épicerie Butterblume, Boutique Cheers, Comptoir Ste-CécilePeluso, Veux-tu une bière?.

On vous propose de comparer la Roche-Mère à La Cuvée du Chat (35,30$) de Jean-Claude Chanudet, un producteur important de vin nature dans le Beaujolais. Ces deux gamays sont produits de la même manière, soit par macération semi-carbonique, et vieillis en cuves de béton. 

La Cuvée du Chat, importé au Québec par l’agence Oenopole

Bonne dégustation! 

Suivez les Beau Joe dans le Journal Métro à tous les mois pour découvrir leurs coups de cœur locaux.

Articles récents du même sujet