Local

En lice pour les Conservateurs dans Lac-Saint-Louis

En lice pour les Conservateurs dans Lac-Saint-Louis
Photo: Photo: Gracieuseté

Consultante financière de 48 ans, Ann Francis fera ses premiers pas en politique sous la bannière du Parti conservateur qu’elle représentera dans Lac-Saint-Louis aux prochaines élections fédérales. La circonscription est toutefois un château fort libéral depuis sa création, en 1996.

Avocate de formation, Mme Francis travaille depuis octobre 2015 pour Emad Saad et associés, une société de gestion de patrimoine nationale basée à Pointe-Claire. Excédée de voir le gouvernement de Justin Trudeau avoir recours à des déficits budgétaires, la résidente de Senneville a décidé de s’impliquer.

«Comme femme d’affaires et mère de famille, je ne peux plus juste me plaindre. Quand un gouvernement dépense vraiment hors de son budget de façon ridicule, en tant que personne qui tient un budget familial, je sais qu’il faut vivre selon nos moyens. [Sinon] à un moment donné, quelqu’un va payer pour ça. Ce sont mes enfants et leurs enfants à eux», indique-t-elle.

La proposition des Conservateurs de créer un rapport d’impôts unique géré par Revenu Québec améliorerait selon elle la vie des Québécois en permettant des économies.

La candidate fait de la protection des cours d’eau, comme le lac Saint-Louis, une priorité. «Quand j’ai entendu que l’administration Coderre allait déverser des eaux usées dans le Saint-Laurent [en 2015], j’étais étonnée qu’on accepte ça. Ça n’a pas de bon sens. On habite sur une île, donc mettre fin aux déversements d’eaux usées à côté de chez nous, c’est très important», promet-elle.

Défi
Les électeurs de Lac-Saint-Louis ont accordé sept mandats consécutifs au Parti libéral depuis l’élection de 1997, dont cinq à Francis Scarpaleggia. Si Ann Francis est consciente du défi, elle pense qu’il est temps pour du changement.

«Quand je parle aux gens de la circonscription et à d’autres, j’entends les mêmes inquiétudes que les miennes. Je sens que les gens sont tannés de voir les échecs de jour en jour du premier ministre Justin Trudeau et des Libéraux. On a droit à mieux», précise-t-elle.

Lors de la dernière élection générale, M. Scarpaleggia a triomphé avec plus de 64% du vote. Le candidat conservateur, Éric Girard, était arrivé second, ne récoltant que 17,42% des voix.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *