Local
17:08 10 mars 2020 | mise à jour le: 10 mars 2020 à 17:08

Compostage illégal à L’Île-Bizard ?

Compostage illégal à L’Île-Bizard ?
Photo: GracieusetéUn inspecteur du ministère de l’Environnement a visité la ferme Aqua Bord-du-Lac en janvier à la suite d’une plainte d’un citoyen.

Quelques mois après avoir été mise à l’amende pour travaux illégaux et entreposage de matériaux considérés comme une nuisance, Aqua Bord-du-Lac de L’Île-Bizard risque à nouveau d’être sanctionnée. Québec allègue que la ferme aurait tenté de produire du compost sans autorisation.

À la suite d’une plainte d’un citoyen, le ministère de l’Environnement a inspecté la propriété du chemin Bord-du-Lac, en janvier. Des amoncellements de déchets tels que des branches, tronc et feuilles d’arbre, des copeaux de bois, des sacs de moulée périmés et du pavé uni ont été repérés.

La loi interdit de jeter des matières résiduelles ou encore d’en effectuer la valorisation sans autorisation.
«Le ministère évalue actuellement les suites à donner et assure un suivi serré de ce dossier. On n’exclut aucun moyen pour assurer le retour à la conformité», indique le porte-parole régional du ministère de l’Environnement, Frédéric Fournier.

Contestation

Agronome et associé du propriétaire de la ferme Aqua, Benoit Girard, nie avoir contrevenu à la loi. Il soutient être resté dans les normes en produisant pour leur propre usage un volume inférieur aux 150 m³ de compost permis.
«Nous sommes une ferme biologique, nous avons besoin de compost, affirme-t-il. Un citoyen a fait une plainte sans connaissance de cause.»

M. Girard a fait savoir par écrit qu’il contestait les conclusions du rapport d’inspection et en a fait parvenir une copie à l’Union des producteurs agricoles. De plus, il a retenu les services d’ingénieurs en environnement pour l’aider dans sa démarche.

Mesures correctives

Québec exigeait un plan de mesures correctives avant le 21 février, ce qui n’avait pas été fait au moment d’écrire ces lignes.

L’an dernier, la ferme a été mise à l’amende pour des travaux de remblai effectués sans permis et pour malpropreté. Un entrepreneur avait notamment livré de la terre pour servir de base à un projet de serres hydroponiques.
Des matériaux contaminés aux hydrocarbures ont aussi été déversés sur le terrain, en août.

Deux constats d’infraction ont été remis par l’arrondissement. Un premier de 150$ pour les travaux illégaux et un autre de 273$ pour un amoncellement non contaminé, mais considéré comme une nuisance.

Articles similaires