Local

Solography: nouveau studio où le modèle est lui-même photographe

Mikael et Fabiola Bouchereau sont des frère et sœur qui ont lancé leur entreprise de studio de photographie. Photo: Katrine Desautels

Mikael Bouchereau demeure à L’Île-des-Sœurs et Fabiola Bouchereau dans le secteur de Lachine, mais c’est sur Le Plateau-Mont-Royal qu’ils ont décidé de mettre sur pied un nouveau studio de photo. Le concept est d’offrir le contrôle de la séance photo au client qui prendra lui-même ses clichés.  

Solography a ouvert ses portes au 72, rue Rachel le 30 septembre. Après quelques jours d’ouverture seulement, les frère et sœur Bouchereau ont payé tous leurs frais pour le mois, ce qui prouve que la demande pour ce type de service est bien présente. 

Concrètement, le client prend ses propres photos grâce à une petite télécommande qu’il tient dans sa main. L’équipement professionnel est à la disposition de la personne dans le studio. Elle se voit sur un écran ce qui lui permet de bien s’installer et elle voit aussi le résultat des images capturées sur un autre écran. 

«C’est covid-friendly et l’on retire cet aspect un peu stressant parfois de la photographie.»

Fabiola Bouchereau

«Il y a des gens qui viennent ici pour le contenu de leurs médias sociaux. Il y en a qui sont modèles alors elles viennent se pratiquer toutes seules», mentionne Mikael Bouchereau. Solography s’est surtout fait connaître jusqu’à présent par le biais de TikTok. Les entrepreneurs montréalais ont misé sur des influenceurs et leurs propres publications pour faire la promotion de leur nouveau studio. Pour l’instant, leur clientèle est donc plutôt jeune. 

Le duo Bouchereau assure que le studio répond à tout type de clientèle, que ce soit pour le portrait d’une famille, pour un profil LinkedIn, des photos commerciales, etc.

«De nos jours, les gens n’ont pas toujours les moyens d’avoir des séances avec des photographes professionnels, d’autant plus que les agendas de tout le monde, clients et photographes, sont bien remplis. Avec Solography, les intéressés pourront réserver le moment qui leur convient et profiter d’installations professionnelles à un coût initial raisonnable, soit à partir de 65$»,détaille Mikael Bouchereau. 

À la suite de la séance photo, les gens font le choix sur place des photos qu’ils désirent imprimer. Une grande photo de profil est imprimée sur place ainsi que quatre plus petites photos dans un montage. L’ensemble des clichés est envoyé par courriel et il n’y a pas de limite quant au nombre de photos que la personne peut prendre. 

Le studio comporte trois grands rouleaux de couleur comme arrière-plan. Les clients ont donc le choix de prendre des clichés sur un fond blanc, noir, bleu ou rose. Des accessoires seront aussi ajoutés au cours des prochains jours comme un séchoir pour créer du mouvement dans les cheveux. 

Par ailleurs, Solography accueille aussi une galerie d’art dans l’entrée de leurs locaux. La façade qui donne sur la rue Rachel attire souvent l’œil des passants qui entrent pour voir les œuvres d’art qui sont toutes à vendre. Les prix varient de 400 $ à environ 3000 $.  De plus, des expositions d’art sont prévues à l’intérieur du studio, la première, qui sera le vernissage d’un artiste peintre, aura lieu en novembre. 

Populariser le concept 

Fabiola Bouchereau, qui est une photographe professionnelle, relate que certains clients sont parfois nerveux en raison de la présence d’un photographe. C’est son travail de diriger les gens qui ne sont pas habitués aux séances de photographie, mais elle remarque que beaucoup prennent d’excellentes photos avec leur téléphone. La photographe estime qu’ils ont la capacité de prendre leur propre portrait.  

«On veut grandir tranquillement, prouver que le concept fonctionne, après déployer notre offre de service pour commencer à vendre des franchises.»

Mikael Bouchereau

C’est sur TikTok que Mme Bouchereau a vu pour la première fois le concept de studio d’autoportrait. Intriguée par cette nouvelle formule, elle est allée à Toronto avec son frère pour visiter le studio qu’elle avait repéré sur le média social. Les Montréalais ont vu le potentiel que ce type d’entreprise pourrait avoir au Québec. De prime abord, il ne semble pas y avoir d’autre studio d’autoportrait dans la province. Pourtant, le concept est très répandu ailleurs dans le monde, notamment en Corée du Sud. 

Mikael et Fabiola Bouchereau ont un objectif de huit à dix réservations par jour. M. Bouchereau, qui est entrepreneur et qui a de l’expérience dans les franchises, aimerait répéter la recette du studio. On pourrait voir de nouveau Solography à travers la province au cours des prochaines années.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de IDS-Verdun.

Articles récents du même sujet