Local

Un nouveau centre pour vivre la culture haïtienne au quotidien

Sly Toussaint
Sly Toussaint est la fondatrice du Centre Toussaint, un lieu qui permet de de s’imprégner de la culture afro et haïtienne. Photo: Anouk Lebel, Métro

Après plus de deux ans d’existence, le Centre Toussaint s’établit en tant que lieu d’apprentissage et de diffusion de la culture haïtienne avec un nouveau local à la jonction de Montréal-Nord, de Saint-Michel et d’Ahuntsic.

Un lieu comme celui-là, qui permet d’apprendre le créole et d’en savoir plus sur la danse et la culture d’Haïti, Sly Toussaint aurait voulu y avoir accès quand elle était plus jeune.

À cette époque, ses camarades de classe d’origine chinoise ou arabe avaient l’occasion d’apprendre la langue de leurs parents le samedi matin.

«Il n’y avait rien de ça pour la culture haïtienne. J’ai voulu créer un environnement positif dans lequel moi-même j’aurais voulu grandir, un endroit qui met de l’avant la culture haïtienne, un endroit où on peut la vivre quotidiennement», explique-t-elle.

Retourner à ses racines haïtienne

Sly Toussaint a grandi à Montréal-Nord, mais a vécu en Haïti de ses 9 ans jusqu’à ses 16 ans. C’est là qu’elle a pu prendre contact avec le pays d’origine de ses parents.

À son retour, elle a constaté que beaucoup de ses amis voulaient en savoir plus sur la culture haïtienne.

Elle a de nouveau constaté ce besoin de contact avec la culture il y a trois ans, lorsqu’elle a commencé à donner des cours de créole dans son sous-sol.

«J’avais emprunté des chaises pliantes, il n’y avait pas de tables, les gens écrivaient sur leurs genoux», raconte-t-elle en rigolant. À sa grande surprise, ses élèves voulaient payer pour les cours. «Ils me demandaient “c’est combien?” alors j’ai inventé un prix.»

Quand des gens se sont offerts pour l’aider, elle a pu élargir l’offre de cours.

Aujourd’hui, le Centre Toussaint peut compter sur une équipe d’une douzaine de personnes. Il offre des cours de langue, de danse, d’histoire, de musique et de cuisine, en plus d’ateliers gastronomiques et culturels plus ponctuels.

Ça fait longtemps qu’on me demande “c’est quand qu’on va l’avoir, notre école haïtienne?”. Voilà, elle est là.

Sly Toussaint, fondatrice du Centre Toussaint

Une offre hybride

Mme Toussaint ne se laisse pas démonter par la progression fulgurante des cas de COVID-19 et le resserrement des mesures sanitaires.

«On ne se laisse pas arrêter, même qu’on intègre ça à notre structure. On offre des cours en présentiel et en virtuel. On s’adapte en fonction des mesures», souligne-t-elle.

Le lancement du nouveau centre a eu lieu jeudi soir par visioconférence. Des performances artistiques étaient prévues, de même que la présence d’invités de marque.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet