Ahuntsic-Cartierville

Une rentrée scolaire sous pression

Une rentrée scolaire sous pression
Photo: Amine Esseghir/Courrier AhuntsicChantal Jorg, commissaire scolaire de Cartierville-Ahuntsic Ouest, plaide pour la construction de nouvelles classes dans les écoles secondaires de son secteur.

Après les écoles primaires surchargées, ce sont maintenant les écoles secondaires qui débordent. Si les commissaires scolaire ont déposé des demandes d’agrandissement pour Ahuntsic-Cartierville, celles-ci n’ont pas eu les faveurs du ministère de l’Éducation.

«Tout ce qui poussait dans le primaire change maintenant de niveau, signale Chantal Jorg, commissaire scolaire de Cartierville-Ahuntsic Ouest. Aujourd’hui, les écoles secondaires sont à 100%.»

Il y a trois écoles secondaires à Ahuntsic-Cartierville : La Dauversière, Évangéline et Sophie-Barat. Dans ce dernier établissement, des modules préfabriqués ont été posés pour accueillir le surplus d’élèves. Lors de la dernière année scolaire, il y avait près de 1700 jeunes inscrits.

Cette école bénéficie d’un projet de près de 17 M$ pour notamment la construction de nouvelles classes et de locaux sur le site de l’ancien internat en ruine, livré aux mauvaises herbes et aux graffitis et quasiment abandonné depuis 1997.

Mme Jorg voudrait agrandir aussi la Dauversière, destinée uniquement au premier cycle. «La demande a été refusée», indique-t-elle. En 2018, elle avait reçu 575 élèves. Pour cette année, alors que les inscriptions se poursuivaient, on établissait le nombre à 675. L’école Évangéline devrait dépasser les 750 inscrits.

Selon Mme Jorg, il est plus difficile de faire accepter des agrandissements d’écoles secondaires. «On estime au ministère qu’un élève du secondaire peut aller dans n’importe quel établissement dans sa commission scolaire», confie-t-elle. Cette approche ne semble pas convenir à la Commission scolaire de Montréal (CSDM).

«Réduire les distances est important pour favoriser la réussite scolaire, dit-elle. Nous voulons aussi à la CSDM favoriser les écoles de quartier, le transport actif et tisser des communautés serrées.»

Primaire : toujours des besoins

Au niveau primaire, Ahuntsic-Cartierville avait pu faire augmenter les capacités d’accueil de nombreuses écoles depuis quelques années. «Nous sommes le deuxième quartier le plus préoccupant à Montréal après Côte-des-Neiges», assure-t-elle.

En deux ans, sept écoles ont été agrandies : Saint-Benoît, Saints-Martyrs-Canadiens, François-de-Laval, Ahuntsic annexe, Gilles Vigneault, La Visitation et Louis-Colin. Trois autres, Saint-Isaac-Jogues, Christ-Roi, Sainte-Odile et Louisbourg, sont ou seront en cours de travaux cette année. Malgré cela, la pression persiste.

«Si à Cartierville la demande est plus ou moins résorbée, ce n’est pas le cas à Ahuntsic où nous avons encore un besoin de 40 classes», relève Mme Jorg.

En attendant, on installe des préfabriqués un peu partout dans les cours des écoles en attendant de pouvoir accroître le nombre de classes.