Ahuntsic-Cartierville

Une pétition à l’Assemblée nationale pour une nouvelle école secondaire

Une pétition à l’Assemblée nationale pour une nouvelle école secondaire
Photo: Amine Esseghir/Métro MediaL’agrandissement prévu sur le site des ruines de l’ancien internat de l’école Sophie-Barat ne semble pas répondre à la demande pressante pour de nouvelles places dans les écoles secondaires d’Ahuntsic-Cartierville.

Pour demander la construction d’une nouvelle école secondaire à Ahuntsic-Cartierville, une pétition est en ligne sur le site de l’Assemblée nationale. Elle est parrainée par Gabriel Nadeau-Dubois, député de Québec solidaire. Celui-ci présentera la demande en chambre le 6 décembre.

La pétition avait été préalablement lancée en juin par une ancienne élève de l’école Sophie-Barat, Florence Lorimier-Dugas. Elle a recueilli 155 signatures le 13 septembre.

«Au départ, j’ai rédigé cette pétition parce que je suis moi-même finissante 2019 de Sophie-Barat et que j’espérais soulever le problème de manque d’espace et de ressources dans cette école», souligne-t-elle.

Elle met en avant la progression impressionnante du nombre de jeunes inscrits dans cette école de l’est d’Ahuntsic-Cartierville. «Nous sommes déjà plus de 1600 élèves à Sophie-Barat et la CSDM estime que d’ici 5 ans au plus, ce chiffre grimpera à 2000», assure-t-elle.

Même si un projet de 17 M$ est prévu pour bâtir un immeuble de trois étages sur les ruines de l’ancien internat, cela ne suffirait pas. La commission scolaire de Montréal (CSDM) espère ajouter cinq classes ainsi que des locaux destinés à la pratique des arts et des ateliers techniques et numériques.

«On nous promet un agrandissement dans plusieurs années, qui ne pourra pas combler le manque de places, si l’on regarde les chiffres», plaide-t-elle. Selon elle, le projet d’agrandissement ne pourrait ajouter que 300 ou 350 nouvelles places. La construction d’une nouvelle école est l’option qui séduit un peu tout le monde

«Les jeunes nous disent que Sophie-Barat est déjà une grande institution et ce ne serait pas une bonne idée de l’agrandir encore plus», relève Raphaël Rebelo, porte-parole de Québec solidaire dans la circonscription provinciale de Maurice-Richard qui recouvre l’est d’Ahuntsic-Cartierville.

Il a été aussi candidat aux dernières élections provinciales. Il est professeur de mathématiques au collège Ahuntsic.

Quel terrain?

Si le gouvernement est sensibilisé à cette demande, il restera toutefois à trouver le terrain. «Je n’ai pas une connaissance précise des terrains vacants à Ahuntsic-Cartierville, mais on pourrait envisager l’option du terrain Louvain Est par exemple», suggère-t-il. Cette ancienne cour de voirie de la Ville de Montréal doit faire l’objet d’un développement immobilier important qui comprendra une école primaire.

L’autre possibilité serait le terrain de l’ancien Loblaws, un peu plus à l’ouest, non loin du collège Bois-de-Boulogne. «Je pense que si le projet arrive à maturité, les élus de l’arrondissement pourraient trouver quelque chose», croit-il.

Il faut noter que les écoles secondaires de l’ouest d’Ahuntsic-Cartierville, la Dauversière et Évangéline débordent également. «On pourrait trouver un terrain plus central qui permettrait de répondre aux demandes dans les deux secteurs», convient M. Rebelo.

L’arrondissement a vu en deux ans, sept écoles primaires agrandies pour faire face à la pression des démographiques. Aucun projet d’agrandissement ou de construction pour les écoles secondaires n’a été accepté.

Articles similaires