Ahuntsic-Cartierville
11:12 31 janvier 2020 | mise à jour le: 31 janvier 2020 à 11:12 temps de lecture: 3 minutes

La culture en février à Ahuntsic-Cartierville

La culture en février à Ahuntsic-Cartierville
Photo: Collabortaion spécialeL’ensemble Forestare revisite les grands classiques baroques dans des arrangements originaux et modernes.

Beaucoup de musique et un peu de danse se partagent l’affiche en février à la maison de la culture Ahuntsic-Cartierville.

Douze guitares et une contrebasse

Ce concert de musique baroque réuni 12 guitaristes et un contrebassiste. La troupe appelée Forestare explore les œuvres de Vivaldi, Lully et Bach adaptés dans une relecture moderne.

L’ensemble offre avec beaucoup d’humour des présentations soignées qui racontent l’histoire des compositeurs de l’époque baroque, en lien avec l’histoire du Québec et du Canada. Les spectateurs découvrent les relations entre les premiers colons de la Nouvelle-France et des nations amérindiennes.

Les arrangements musicaux sont de Dave Pilonet et David Ratelle dans une mise en scène d’Alexandre Ethier et Sylvain Massé. Le concert est présenté dans le cadre du Conseil des arts de Montréal en tournée.

Le 16 février, à l’église de la Visitation, 1847, boulevard Gouin Est. Entrée libre à partir de 14h40.

L’amour avec un grand C

Dulcinée Langfelder et son complice, le pianiste Philippe Noireaut, sont sur scène dans un contexte à la fois tendre et drôle. Ils mènent les spectateurs de chanson en chanson sur un parcours intime à travers les spectacles de Dulcinée.

Pourquoi le grand C ? C’est pour parler de cette maladie dont on ne veut pas prononcer le nom. Le spectacle musical mobilise la finesse d’un humour intelligent et légèrement piquant qui a accompagné les artistes autant dans les épreuves que dans les grandes joies.

Le 18 février à 14h. Laissez-passer à la maison de la culture Ahuntsic-Cartierville, 10300 Rue Lajeunesse.

Hallelujah Leonard

L’idée de ce spectacle est née d’une rencontre sur la scène du Théâtre La Licorne où la comédienne Dominique Quesnel interprétait la chanson <@Ri>Danse me to the end of Love<@$p> de Leonard Cohen. Les musiciens Claude Fradette à la guitare et Simon Dolan à la basse qui l’accompagnent sont impressionnés par son interprétation et sa voix.

Dans ce trio, Dominique Quesnel, interprète féminine revisite les chansons de Cohen de manière intime et chaleureuse.

Le 20 février à 19h30. Laissez-passer à la maison de la culture Ahuntsic-Cartierville, 10300 Rue Lajeunesse.

Dis merci

Cette représentation décontractée de danse-théâtre mets en scène quatre voisins qui préparent une fête de bienvenue pour une famille de réfugiés arrivant prochainement au pays.

Leur volonté de s’ouvrir à l’autre est sincère, mais les méthodes employées souffrent de maladresse.

L’organisation de l’accueil, empreinte de bonnes intentions, s’embourbe dans les préjugés et devient rapidement inadéquate.

Le spectacle intercale des tableaux de danse et théâtre dans une scénographie éclatée mise en scène par Catherine Bourgeois.

Avec : Marc Barakat, acteur d’origine égyptienne ayant une déficience intellectuelle; Papy Maurice Mbwiti, acteur né au Congo installé à Montréal depuis quatre ans; Emma-Kate Guimond, danseuse d’origine albertaine et Dany Boudreault, acteur originaire du Lac-Saint-Jean. Une production de Joe Jack and John présentée dans le cadre du Conseil des arts de Montréal en tournée.

Le 26 février à 19h30. Laissez-passer distribués dès le 11 février à la maison de la culture Ahuntsic-Cartierville, 10300 Rue Lajeunesse.

Articles similaires