Ahuntsic-Cartierville
19:08 21 avril 2020 | mise à jour le: 21 avril 2020 à 19:08 temps de lecture: 2 minutes

Le CHSLD Laurendeau suivi de près

Le CHSLD Laurendeau suivi de près
Photo: Amine Esseghir/Courrier Ahuntsic

Les syndicats ne cessent de tirer la sonnette d’alarme concernant le manque de personnel au CHSLD Laurendeau, à Ahuntsic. L’administration assure pour sa part mettre en place tous les moyens humains et matériels pour faire face à la crise.

Les représentants des travailleurs en soins de santé FIQ et CSN préviennent que la pénurie induit des situations dramatiques à la résidence du boulevard Gouin Est. Plusieurs patients ne sont pas nourris convenablement et des soins ne sont pas prodigués à temps.

Selon le bilan en date du 21 avril, 167 personnes sont infectées à la COVID-19 et 49 personnes en sont décédées depuis le début de la pandémie.

Une situation qui suscite de l’inquiétude, reconnaît le CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal. La direction assure toutefois qu’une dizaine de médecins ont été déployés ainsi qu’une infirmière en prévention et contrôle des infections.

«Pour appuyer notre personnel, nous avons également recours à la liste jecontribue.ca», relève-t-on.

Le bassin est de quelque 19 000 volontaires plutôt que les 40 000 avancés au début de la campagne de recrutement. On ignore combien de personnes iront prêter main-forte au CHSLD Laurendeau.

Par ailleurs, aucun membre des Forces armées canadiennes n’a été appelé à Ahuntsic. «Pour le moment, aucun déploiement militaire n’est prévu au CHSLD Laurendeau», souligne le CIUSSS.

Matériel

Le «manque de bras», comme l’a qualifié le premier ministre François Legault, serait dû notamment au nombre important de soignants infectés au coronavirus ou en quarantaine préventive. Jusqu’à maintenant, 447 membres du personnel sont atteints au CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal.

Les représentants syndicaux avaient aussi souligné le manque d’équipement de protection, suscitant des craintes chez le personnel. Certains s’absentent de crainte de tomber malade.

Ce que réfute le CIUSSS, qui dit offrir des soins et services de façon sécuritaire. «Nos équipements sont gérés rigoureusement afin d’éviter une pénurie. Nos fournisseurs répondent à nos besoins et sinon, nous pouvons faire appel au ministère de la Santé», affirme la direction.

Le premier cas de COVID-19 a été déclaré le 31 mars au CHSLD Laurendeau.

Articles similaires