Ahuntsic-Cartierville
16:47 5 mars 2021 | mise à jour le: 5 mars 2021 à 16:47 temps de lecture: 2 minutes

Une cinquantaine de logements autour d’une église à Ahuntsic

Une cinquantaine de logements autour d’une église à Ahuntsic
Photo: Collaboration spéciale/Youcef BendadaL’église Sainte-Rita.

Une cinquantaine de logements seront construits sur la rue Sauriol Est autour de l’église Sainte-Rita. Le projet permettra de louer des appartements et financer ainsi l’entretien et la conservation de l’église située sur le site.

Le projet est attendu depuis 2017 quand les propriétaires de l’église, les Missionnaires Scalabriniens, avaient émis l’idée de lancer un développement immobilier sur le terrain pour s’assurer un revenu destiné à préserver le lieu de culte.

L’arrondissement a finalement autorisé le mois dernier la construction d’un pavillon résidentiel en forme de L sur trois étages autour de l’église. Il comprendra 17 logements par niveau, dont 30 d’une chambre, 18 de deux chambres et trois de trois chambres.

Un garage souterrain sera aménagé pour 37 cases de stationnement et 15 autres places seront prévues à l’extérieur. L’église sera préservée et sera accessible au nouveau développement par un passage souterrain.

Toutefois, pour faire de la place à la nouvelle construction, le presbytère mitoyen sera démoli et ses éléments de maçonnerie récupérés pour réparer l’église.

Le projet sera accompagné d’un aménagement paysager avec la plantation de 23 grands arbres et 12 autres plus petits. Un jardin communautaire sera également mis à disposition des résidents.

Historique

L’église s’appelait Saint Rita’s Church jusqu’en 2001. Elle a été construite, ainsi que son presbytère, en 1956 dans le secteur du quartier qui s’est développé avec l’arrivée du tramway.

Elle illustre la transition entre l’architecture religieuse traditionnelle et moderne au milieu du 20e siècle. Son intérieur sans colonne et éclairé naturellement ainsi que la cohérence entre ses détails ornementaux simples et géométriques lui assurent un cachet authentique.

Le lieu de culte rappelle la présence de la communauté catholique anglophone dans cette partie de Montréal.

L’édifice a été acheté en 2002 par les Missionnaires Scalabriniens qui se donnent pour mission sociale d’aider les migrants.

Jusqu’en 2017, le presbytère servait de bureau et de locaux d’hébergement au Centre Scalabrini de Montréal pour réfugiés et immigrants.

Celui-ci a changé de nom depuis devenant le Service communautaire pour réfugiés et immigrants (SCRI) et a déménagé ses bureaux à Cartierville.

Articles similaires