Ahuntsic-Cartierville
10:42 13 mars 2014 | mise à jour le: 13 mars 2014 à 10:42 temps de lecture: 3 minutes

Il était une fois le village d’Ahuntsic

Cette série de chroniques permet de découvrir les différents secteurs de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville à travers leur histoire. La municipalité de paroisse du Sault-au-Récollet est créée en 1855. Cette entité initiale engendrera les villages de Saint-Léonard de Port-Maurice, de Bordeaux, de Sault-au-Récollet et d’Ahuntsic. Cette chronique porte sur l’histoire du village d’Ahuntsic.

C’est en 1847 qu’est construit le premier pont Viau, reliant l’île Jésus (Laval) à la ville de Montréal, via un secteur nommé «Back River». Cette construction a eu pour effet de créer un noyau villageois offrant hébergement (notamment les hôtels Péloquin et Marcotte) et commodités à ceux qui voyagent d’un lieu à l’autre.

En 1897, monsieur Joseph-Isidore Nadon est mandaté par les notables d’Ahuntsic pour rédiger le rapport permettant d’obtenir une accréditation, auprès de la province, pour que le secteur devienne une municipalité de village. Fort des deux tiers des électeurs propriétaires, monsieur Nadon obtient de Québec la création de la municipalité de village d’Ahuntsic le 20 mars 1897. Le nom de la municipalité, en référence au français mort noyé dans la rivière des Prairies au 17e siècle, vient supplanter celui de Back River.

Le village d’Ahuntsic s’étend de la rue Saint-Charles à l’est, au boulevard Crémazie au sud jusqu’à Saint-Hubert et ensuite la rue Sauvé jusqu’à la rue Meilleur. La frontière nord-est formée par la rivière des Prairies. Malgré ce vaste territoire, les principaux bâtiments sont rassemblés à l’angle du chemin de Montréal (rue Lajeunesse) et du boulevard Gouin. Nous y retrouvons de nombreux commerces, les auberges Péloquin et Marcotte (à l’emplacement de l’actuelle caserne de pompiers).

À la création du village d’Ahuntsic, le secteur comprend environ 550 habitants, dont 22 familles anglophones. Ces dernières sont principalement concentrées dans l’actuel secteur de la rue Somerville.

Un faubourg de Montréal

La nouvelle ville entreprend son développement en pavant les routes principales, en installant des aqueducs et des égouts et en éclairant les rues.

Les dépenses sont si importantes que l’annexion à Montréal est envisagée dès 1907. Prévue pour 1910, l’annexion provoque de nombreuses dépenses du conseil municipal. Ainsi, on intensifie le développement des rues, on augmente le salaire des fonctionnaires et on prévoit même le monopole de l’hôtel Péloquin sur le territoire annexé. Le village d’Ahuntsic est finalement annexé à Montréal le 4 juin 1910.

La création des villages du nord de l’île de Montréal est en quelque sorte l’aboutissement du développement des communautés de ce secteur. Les traces que ces dernières ont laissées s’effacent peu à peu. Il est donc important de conserver la mémoire et le bâti de ces communautés, tel l’ancien village d’Ahuntsic, qui a façonné l’histoire du nord de l’île de Montréal.

S2:Vincent Garneau, Coordonnateur du développement historique

Articles similaires