Ahuntsic-Cartierville
11:26 19 décembre 2014 | mise à jour le: 23 décembre 2014 à 11:17

Un bébé de huit mois décède dans une garderie non reconnue à Cartierville

Un bébé de huit mois décède dans une garderie non reconnue à Cartierville
Photo: Archives TC Media

Un enfant de huit mois est décédé le 18 décembre, dans une garderie située à Cartierville. Une garderie non reconnue par le bureaux coordonnateur local. Les secours ont été appelés vers 16h10, pour un bébé en arrêt cardiorespiratoire. Le décès du jeune enfant a été constaté à l’hôpital où il a été transporté en urgence. Même si on n’évoque pas une mort suspecte, une enquête a été ouverte par le coroner.

«Il y a un protocole que nous devons suivre dans le cas de mort d’enfants de moins de six ans, explique l’agent Manuel Couture, porte-parole du SPVM. Même dans le cas de mort subite du nourrisson, la police assiste le coroner pour déterminer les causes du décès.» L’enquête du coroner est toujours en cours et on ignore toujours la cause exacte du décès.

La garderie, théâtre du drame, n’était pas reconnue par le bureau coordonnateur de Bordeaux-Cartierville, selon Maude Lambert Dion, directrice adjointe de cette instance. On ignore quelles mesures de sécurité y ont été prises. Dans les garderies en milieu familial, dépendant du bureau coordonnateur, les responsables ont l’obligation de suivre une formation en premiers soins. «Cette formation est mise à jour tous les trois ans», souligne-t-elle.

Mme Lambert Dion indique que des procédures d’urgences précises sont préconisées par son organisme. «Des contrôles inopinés sont effectués trois fois par an dans les 73 garderies en milieu familiale reconnues de Bordeaux-Cartierville pour vérifier la conformité de ces procédures», affirme-t-elle. Il s’agit entre autres de disposer, à proximité du téléphone, les numéros à appeler en cas d’urgence ou assurer la surveillance de la sieste des enfants.

«Tout notre personnel a suivi une formation en premiers soins. Certains ont des formations plus poussées en santé et sécurité au travail (CSST)», observe Stéphane Laroche, directeur du Centre à la petite enfance (CEP) d’Ahuntsic, les Pissenlits. Les siestes des enfants sont toujours supervisées. Disposant d’un personnel important, le CPE a la possibilité d’isoler les autres enfants en cas d’intervention d’urgence, si un petit avait un malaise.

Dans une garderie en milieu familial, il y a au maximum deux responsables présents. «Les parents sont appelés immédiatement en cas de problèmes et pour rassurer les autres enfants», indique Mme Lambert Dion. Quand il y a six enfants ou moins, dans les garderies en milieu familial, un seul responsable est présent. Lorsqu’il y a neuf enfants, une assistante est également présente.

Articles similaires