Ahuntsic-Cartierville

Une clinique de médecine familiale quitte Ahuntsic

Photo: Amine Esseghir/TC media

La clinique médicale Longévité, située sur la rue Fleury Ouest, à Ahuntsic, qui dessert 3000 personnes, déménagera bientôt. Des patients ont appris la nouvelle en se rendant à un rendez-vous sur place. Ils ont reçu un petit papier avec la nouvelle adresse des médecins, à Côte-Saint-Luc. C’est la deuxième clinique de médecine familiale qui quitte Ahuntsic en moins d’une année. Les patients qui ne voudront pas se déplacer devront se désinscrire et chercher un nouveau praticien.

«On avait dit que ce serait entre le mois d’octobre et novembre, mais nous n’avons pas de date à communiquer pour le moment», indique au bout du fil Clarisse Cohen, coordonnatrice de la Clinique médicale Longévité (CML). Elle refuse aussi d’indiquer quels délais seront accordés aux patients avant la date du déménagement. C’est à cette absence de délai précis auquel sont confrontés les patients.

«Nous informerons les patients par le biais de notre site internet ou par notre système de rappel de rendez-vous automatisé. Il y a plusieurs manières de joindre les gens», assure-t-elle.

«Les choses raisonnables se communiquent et s’expliquent et on est prêt à en accepter les conséquences», commente Me Paul Brunet, PDG du Conseil pour la protection des malades (CPM). Pour lui, le médecin doit se conformer à la lettre et à l’esprit du code de déontologie du collège des médecins. «Le médecin ne peut pas lâcher son patient. Il doit s’assurer que le malade ne le quittera que s’il trouve un autre praticien», indique-t-il.

Outre la distance, un patient de la clinique témoignant sous couvert d’anonymat craint d’être orienté vers d’autres hôpitaux que ceux proches de son domicile.

Lâcher son médecin
«Les patients qui ne voudront pas se déplacer pourront se désinscrire et chercher un nouveau médecin dans le quartier», observe Hugo Larouche, conseiller aux relations médias et aux affaires publiques au Centre universitaire intégré de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Nord-de-l’Île-de-Montréal.

C’est par le biais du Guichet d’accès pour la clientèle orpheline (GACO) que l’on peut trouver un médecin. «Une personne âgée avec des problématiques de santé importantes trouvera un médecin à l’intérieur de trois mois. Pour quelqu’un de bien portant, c’est plus long», dit M. Larouche. Il assure que la personne peut chercher aussi par ses moyens personnels tout en s’inscrivant au GACO.

«Lorsque j’ai emménagé à Ahuntsic, il y a trois ans, je m’étais inscrite sur la liste d’attente pour avoir un médecin de famille. Un an et demi plus tard, on m’attribue le Dr. David Levi sur la rue Fleury. J’apprends aujourd’hui qu’il déménage à Côte-St-Luc, après moins d’un an de pratique dans le quartier», observe outrée, Sophie Roy, résidente d’Ahuntsic. Elle assure qu’elle cherchera un autre médecin.

Pertes de services
La CML est située dans un bâtiment où se trouve une autre clinique du Groupe de médecine familiale (GMF) Ahuntsic, ainsi qu’une Pharmacie. «C’est uniquement la clinique Longévité qui s’en va, rassure Pierre Charbonneau, directeur du GMF Ahuntsic, dont la CML était une des installations. La clinique Urgence 241, qui est dans le même immeuble, demeure en place.»

Les deux cliniques installées au même endroit apportaient un flux important de patients. À la pharmacie, on ne cache pas qu’on craint une diminution d’achalandage. «Nous n’allons pas partir parce qu’ils s’en vont, indique Mathieu Léger, pharmacien. Nous allons observer la situation attentivement et voir s’il y a une baisse de la clientèle.»

À la fin de l’année 2014, la Clinique Perrier avait changé de locaux et des patients s’étaient plaints de ne pas avoir été informés suffisamment à l’avance.

Articles récents du même sujet