Hochelaga-Maisonneuve
17:07 9 décembre 2020 | mise à jour le: 9 décembre 2020 à 17:08 temps de lecture: 3 minutes

Stations hivernales dans MHM: un parcours intitulé «Si l’hiver m’était conté»

Stations hivernales dans MHM: un parcours intitulé «Si l’hiver m’était conté»
Photo: Gracieuseté/Blanchette architectes + MomentumLe préambule du conte de Victor Bégin au parc de la Promenade Bellerive.

Ce ne sera pas une, mais quatre stations hivernales qui seront installées à la mi-décembre dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

Ce projet a été développé dans le cadre des Laboratoires de design COVID-19 Repenser l’espace public, lancés au printemps dernier par le Bureau de design de la Ville de Montréal. Ainsi, 17 arrondissements de Montréal installeront sur leur territoire des stations hivernales visant à favoriser l’achat local, mais également «à égayer les espaces publics [et] encourager les citoyens à prendre l’air».

Si le budget initial pour la station de MHM était de 34 441$, le conseil de l’arrondissement a décidé de quadrupler la somme afin d’offrir aux résidents un parcours thématique intitulé Si l’hiver m’était conté. S’ajoute ainsi à la place Simon-Valois, le parc de la Promenade Bellerive, la place Gennevilliers-Laliberté du marché Maisonneuve et la place des Tisserandes comme lieux d’accueil pour ces aménagements urbains.

Les collectionneuses de lueur

Blanchette architectes, dont les bureaux sont situés dans Hochelaga, et Momentum, une entreprise spécialisée en mobilité dans le développement des espaces urbains, développent conjointement le projet.

«En ayant quatre stations, on voulait s’assurer d’avoir une narrative très forte d’une à l’autre, explique Patrick Blanchette, architecte et associé principal de Blanchette architecte. On voulait assurer une mobilité des gens. Qu’ils aient la curiosité d’aller découvrir la prochaine station.»

C’est ce qui les a amenés à demander à Victor Bégin, un auteur d’Hochelaga-Maisonneuve, de créer un conte s’inspirant et supportant les scénographies développées pour les différents sites.

Station à la place des Tisserandes    Station de la Place Simon-Valois

 

À l’exception de celle au parc de la Promenade Bellerive, les trois autres stations seront aménagées sur les abords de la rue Ontario dans un secteur bien précis se retrouvant entre les rues Bennett et Dézéry, puisque l’objectif premier est d’encourager le commerce de proximité. C’est dans ce sens que les résidents seront invités à découvrir le conte, la station de Bellerive étant optionnelle, puisqu’elle présente le «préambule» du récit de Victor Bégin.

L’histoire raconte la quête de Rose et Olive, accompagnées de leur cigale muette, qui «recherche les lueurs pour les collectionner», indique M. Blanchette. Il assure que malgré ce concept, les résidents pourront profiter des stations de manière autonome.

«Avant même l’idée d’une trame narrative plus forte, on voulait travailler avec des objets qui marquent le paysage en hiver, ou le paysage montréalais tout court, et leur offrir une seconde nature, question de poser un nouveau regard sur le territoire.» – Patrick Blanchette, architecte

Ainsi, 1000 cônes de construction, «objet emblématique de l’ADN de Montréal» et 1000 balises de déneigement ont été détournés, voire dénaturés afin d’être inclus à la scénographie des stations hivernales. Avec les balises, une forêt sera érigée par les concepteurs.

L’installation des stations commencera le 14 décembre. L’objectif est que le tout soit terminé pour la fin de semaine du 19 décembre. Temporaires, les stations seront démantelées en avril.

Une deuxième phase du conte et une programmation culturelle seront également proposées dans les quatre stations et déployées plus tard cet hiver, selon le communiqué de l’arrondissement.

Articles similaires