Hochelaga-Maisonneuve
20:32 15 janvier 2021 | mise à jour le: 15 janvier 2021 à 20:32 temps de lecture: 3 minutes

MHM perd devant Ray-Mont Logistiques

Photo: Frédéric Hountondji/Métro MédiaMHM perd en justice face à Ray-Mont Logistiques

L’entreprise Ray-Mont Logistiques sort vainqueur du litige qui l’opposait à la Ville de Montréal, après que l’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve (MHM) eut refusé de lui délivrer un permis de construire une plateforme dans le secteur Assomption Sud-Longue-Pointe.

La Cour d’appel a prononcé son verdict, lequel est défavorable à la Ville et à l’administration locale. Elle ordonne à cette dernière d’autoriser l’entreprise à construire sa plateforme logistique intermodale destinée au transbordement de marchandises d’un mode de transport à l’autre.

L’entreprise, fournisseur intégré de services logistiques, s’était portée acquéreuse en 2015, d’un terrain situé à Longue-Pointe sur le site de l’ancienne fonderie d’acier Canadian Steel Foundries, une propriété ontarienne.

En 2016, Ray-Mont Logistiques a introduit une demande de permis pour pouvoir y construire de nouvelles installations servant au transbordement de marchandises.  Ayant essuyé un refus, elle a porté le différend devant les tribunaux et vient d’avoir gain de cause.

MHM en prend acte

Dans un communiqué rendu public le 15  janvier, MHM dit s’en remettre à cette décision de justice. «(…) Alors, nous avons maintenant le devoir de nous asseoir avec l’entreprise afin de développer le projet le plus cohérent possible avec la vision développée pour l’Écoparc industriel de la Grande Prairie. Pour ce faire, nous l’invitons également à prendre part aux travaux de l’instance de concertation qui a récemment été créée», y déclare Pierre Lessard-Blais, maire de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Pour Laurence Lavigne Lalonde, conseillère de Maisonneuve–Longue-Pointe, le projet de Ray-Mont Logistiques, à l’époque, «posait d’importants enjeux d’intégration au milieu.»

L’arrondissement relève que quand il a refusé de délivrer le permis et lorsque Ray-Mont Logistiques a saisi la justice du dossier, les citoyens se mobilisaient déjà pour une consultation publique sur le développement du secteur Assomption-Sud–Longue-Pointe.

Instance de concertation

Cette consultation concernait la vision de l’Écoparc industriel de la Grande Prairie et était une recommandation de l’Office de la consultation publique de Montréal (OCPM). MHM, de commun accord avec la Ville, a mis sur pied une instance de concertation réunissant les citoyens, organismes communautaires, partenaires économiques et institutionnels.

C’est à cette table de concertation démocratique chargée définir l’avenir de l’Écoparc que le maire invite l’entreprise Ray-Mont Logistiques. Mme Lavigne Lalonde demande aussi à cette dernière d’œuvrer avec l’instance afin de présenter un projet «s’intégrant au milieu de vie et répondant aux exigences et attentes maintes fois exprimées par les résident.e.s du secteur.»

Quel écho aura cet appel des élus du côté du vainqueur du litige? Vendredi, Métro n’avait pas été en mesure de le joindre pour avoir sa réaction.

Articles similaires