Hochelaga-Maisonneuve

Parcs de MHM: fin de 15 années de «gestion hasardeuse»

parc mhm espace vert montréal
Vue partielle du parc du Boisé-Jean-Milot dans Mercier-Ouest Photo: Frédéric Hountondji/Métro Média

L’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve (MHM) a adopté lors de son conseil du 1er février un nouveau Plan directeur des parcs et des espaces verts pour les cinq prochaines années justifiant vouloir mettre un frein à plus de 15 ans de pilotage à vue de ces infrastructures.

Le document se veut un outil de planification stratégique pour mieux canaliser les investissements à réaliser dans les parcs et espaces verts de ce territoire. Le dernier plan directeur de l’arrondissement remontait à 2005. L’objectif avoué est d’offrir aux citoyens des milieux de vie adaptés, attrayants et surtout résilients.

«C’est la nouvelle mise à jour du plan depuis 15 ans. On ne peut pas dire si nos parcs et espaces verts sont dans un meilleur état tellement que la planification était défaillante dans l’arrondissement. C’est à ça que le plan directeur vient répondre avec un suivi constant et non pas une fois aux 15 ans», explique à Métro Pierre Lessard-Blais, le maire de cet arrondissement.

Il insiste pour dire que cet instrument sera vivant et dynamique grâce aux équipes travaillant dans l’arrondissement et à des consultations citoyennes. Les valeurs environnementales pour une transition écologique comme la résilience sont inscrites dans le plan. Il sera alors question d’améliorer les pratiques dans la gestion de plus de 70 parcs et espaces verts.

Par exemple, des zones de biodiversité seront aménagées dans ces parcs pour différentes fleurs sauvages avec des hautes herbes. Il pourrait y avoir également des espaces où ne sera pas coupé le gazon. Le maire évoque une gestion écologique du territoire qui portera aussi sur l’agriculture urbaine.

Interventions à prioriser

L’autre point sur lequel M. Lessard-Blais insiste est la consultation des citoyens et des organismes pour l’élaboration de projets structurants.

«Avant, en y allant un peu à la va-comme-je-te-pousse, on ne prenait jamais le temps de réfléchir sur quels sont les besoins. Est-ce que les besoins sont les mêmes que ceux d’il y a 25 ans, est-ce qu’on joue encore au fer à cheval?», s’est interrogé le maire. Il a précisé que les interventions dans les parcs se feront suivant des indicateurs bien définis.

«On va prioriser les interventions dans les parcs où les indicateurs sont au rouge. Est-ce qu’il y a plusieurs bris? Est-ce que ça a mal vieilli? Est-ce que les sentiers sont complètement brisés?», énumère le maire en guise de critères.

Le Plan directeur des parcs et des espaces verts de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve s’inscrit aussi dans une politique environnementale suggérée par la ville-centre.

«(…) L’adoption de ce plan rejoint par ailleurs les objectifs du Plan climat de la Ville de Montréal, qui invite entre autres les arrondissements à se doter d’outils de planification qui favorisent l’aménagement de quartiers adaptés aux changements climatiques», a déclaré Laurence Lavigne Lalonde, conseillère du district de Maisonneuve–Longue-Pointe.

Le plan a été conçu, entre autres, sur l’inventaire des installations et équipements, le profil socio-démographique des populations des trois secteurs (Mercier-Ouest, Mercier-Est et Hochelaga-Maisonneuve) qui composent l’arrondissement et les attentes formulées lors des consultations citoyennes en 2018.

Articles récents du même sujet