Hochelaga-Maisonneuve

Ray-Mont: des participantes retirent leur appui au bilan de la concertation

Plusieurs habitations sont situées aux abords de la friche de Viauville, où la plateforme de transbordement de l’entreprise Ray-Mont Logistiques sera implantée. Photo: Jason Paré, Métro Média

Au moins deux participantes ont retiré leur appui au bilan des travaux du Groupe de travail thématique (GTT) de l’instance de concertation Assomption Sud−Longue-Pointe portant sur l’implantation de Ray-Mont Logistiques dans le secteur Viauville.

Une troisième se serait également retirée, constatant que le bilan a été publié avant qu’elle en prenne connaissance.

Le bilan des travaux du GTT «présente la démarche et les pistes d’action tirées des ateliers collaboratifs visant à favoriser une cohabitation harmonieuse entre les activités de l’entreprise et les secteurs à proximité», peut-on lire sur le site de Réalisons Montréal, où le bilan peut être consulté.

L’entreprise Ray-Mont Logistiques souhaite implanter dans la friche de Viauville une plateforme de transbordement de conteneurs, un projet qui inquiète plusieurs résidents des environs.

Chapeauté par L’Atelier Urbain, la même firme qui a tenu les consultations ce printemps au sujet de la piétonnisation de la Promenade Ontario dans Hochelaga, le GTT réunissait des représentants des citoyens, de la Ville de Montréal et de l’entreprise Ray-Mont Logistiques.

D’entrée de jeu, la firme reconnaît que les énoncés proposés à la fin du bilan ne peuvent pas être considérés comme des «recommandations acceptables par toutes les parties», et cela même si c’était l’objectif du GTT, «dû au retrait de l’appui et aux réserves exprimées» par certains membres du Groupe.

Les réserves exprimées concernent entre autres l’échéancier précipité du GTT et l’impossibilité d’ajouter des rencontres supplémentaires, l’absence d’études d’impact indépendantes ainsi que «l’insuffisance de la portée légale de ce bilan pour contraindre l’entreprise Ray-Mont Logistiques à s’engager à la mise en place des mesures de mitigation».

La réalisation d’études d’impact indépendantes, la création d’un comité de suivi et la mise en place de mesures de mitigation sont les principales pistes d’action proposées.

Un échec

Membre du groupe Mobilisation 6600 Parc-Nature MHM, Anaïs Houde est l’une des participantes qui ont retiré leur appui.

«C’est un échec complet, mais pas parce que la concertation, ça sert à rien, c’est un échec parce que l’entrepreneur était incroyablement de mauvaise foi. Il est arrivé les mains vides.»

Selon la participante, le bilan ne contient pas grand-chose, puisque le GTT n’avait pas accès à des données étalons pour bien effectuer leur travail.

Invitée à réagir à ces critiques, l’entreprise indique s’être engagée «sur une base volontaire et de bonne foi à participer à cet exercice de concertation».

«Les dizaines d’heures de rencontres et de discussions, ainsi que les multiples recommandations concrètes proposées par le rapport démontrent le sérieux que toutes les parties ont accordé à ces travaux, incluant Ray-Mont Logistiques», soutient l’entreprise.

Elle se dit consciente que certains ont des aspirations totalement différentes pour le terrain, mais réplique «que le zonage, le schéma d’aménagement de la Ville et deux jugements des tribunaux ont confirmé sa vocation industrielle liée à la logistique intermodale».

Une présentation virtuelle du bilan est prévue ce jeudi à 19h, suivie d’une période de questions.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité d’Hochelaga – Maisonneuve.

Articles récents du même sujet