IDS-Verdun

Premier Conseil jeunesse de Verdun à l'île

Photo: TC Media - Sophie Poisson

La première assemblée des jeunes organisée à L’Île-des-Sœurs a rassemblé une quinzaine de personnes à l’étage du Centre communautaire Elgar. L’initiative visait à convaincre de jeunes Insulaires de s’impliquer dans le Conseil afin de faire entendre leurs préoccupations.

Dans une atmosphère très détendue, la soirée a débuté par un tour de table. Très rapidement, il a été question du départ de trois membres votants du Conseil jeunesse de Verdun (CjV), qui devront être remplacés.

«On a des places qui sont vacantes et des gens intéressés, mais on a besoin que les membres soient acceptés par les élus et on arrive en période d’élections municipales, souligne la vice-présidente, Marie Chabot-Johnson. Ça va donc être difficile de faire valider les nouveaux noms, mais on pourrait leur trouver un titre spécifique en attendant.»

Inspiré par la politique, le terme «candidat» pourrait être retenu et désignerait une personne sélectionnée qui attend que son profil soit approuvé officiellement.

Une campagne de recrutement est également pensée pour assurer une représentativité des membres qui visera notamment les jeunes de L’Île-des-Sœurs. Le centre intergénérationnel La Station pourrait alors servir de relais et de voie de communication.

Élections
Les assemblées du CjV sont de plus en plus publiques avec des observateurs venus de toute part et d’âges variés.

Pour permettre à ceux-ci de transmettre leurs questions et leurs idées aux membres plus facilement, un projet est présentement élaboré par un des groupes de travail. Cette plate-forme sera bien utile pour les élections à venir puisqu’elle permettra aux membres du CjV de mieux connaître les préoccupations de la jeunesse verdunoise et de sonder les candidats sur ces sujets.

«On a pensé à réaliser des capsules de vidéo. On va élaborer des questions et, soit on va faire un tournage avec les élus pour avoir leurs réponses en 30 secondes, soit ils vont eux-mêmes faire un enregistrement», explique la vice-présidente.

Les candidats seront approchés début septembre. D’ici là, il reste un important travail à l’interne afin de déterminer si les interrogations se cantonneront aux enjeux spécifiques à la jeunesse ou si elles s’étendront au domaine public.

Articles récents du même sujet