IDS-Verdun

La science expliquée par les jeunes

Photo: Audrey Clément-Robert / TC Media
Audrey Clément-Robert - TC Media

L’Ébola, les effets néfastes de la cocaïne et la disparition des abeilles sont quelques-uns des sujets d’actualité présentés par les élèves de l’école primaire Île-des-Sœurs lors de leur expo science. En tout, c’est 45 équipes qui ont expliqué devant des juges, les phénomènes scientifiques de notre quotidien.

Depuis 11 ans, l’école primaire Île-des-Sœurs mets l’accent sur la recherche et la méthode scientifique. Dans leur démarche, la centaine d’élèves de quatrième, cinquième et sixième année sont soumis à plusieurs critères et doivent faire des choix critiques dans leurs sources. Une équipe de bénévoles a d’ailleurs été mandatée pour juger les projets présentés.

« Ce projet stimule l’intérêt des élèves pour les sciences et cela développe des compétences non disciplinaires comme le travail d’équipe et l’esprit critique. C’est très formateur et stimulant pour les élèves. Pour certains, cela peut leur ouvrir des idées de carrière possible autre qu’avocat, médecin ou pompier », explique Marc-Philippe Vincent, le directeur de l’école primaire.

Projets développés
Les élèves qui présentent leur projet lors de l’expo science ont été sélectionnés il y a deux mois à la suite de la présentation de leur devis au comité de sélection. Les juges évaluaient le sujet scientifique, les sources, la méthodologie utilisée et l’originalité. Parmi les sujets retenus, notons l’Ébola, la photo synthèse, les voitures électriques, la trisomie 21, les déversements de pétrole ou encore la cathodoluminescence.

En sixième année, l’équipe de Sacha Boisvert, William Chrétien et Charles Montpetit a expliqué les effets néfastes de la cocaïne.

« On voulait savoir pourquoi tant de gens en consomment malgré le fait que c’est extrêmement nocif pour la santé. En quatrième année notre projet était sur l’autisme. La cocaïne est rapide, intense et très destructrice à cause des produits chimiques qu’on y retrouve comme le lévamisole un vermifuge pour animaux qui détruit tous les globules blancs dans votre corps ce qui vous rend à risque d’infections », explique Sacha Boisvert.

D’un côté plus environnemental, Samuel Lapierre et Samuel Lavallée élèves de quatrième année ont présenté l’impact de la disparition des abeilles dans notre vie.

« On essaie de trouver des solutions pour qu’elles arrêtent de mourir. On est allé chercher une vraie ruche à Mirabel que l’on a loué pour l’expo science. Sans les abeilles il ne nous reste plus grand-chose. Ça m’écœure de voir les abeilles mourir à cause de la pollution. On voulait avertir les gens de ce phénomène », raconte Samuel Lapierre.

L’équipe de quatrième année formée par Emmanuelle Pérez, Alexandra Tarnowski et Sacha Goodson a présenté leur projet : Le pouvoir électrique de la patate.

« Une patate représente un volt et deux patates représentent deux volts. Il faut une calculatrice qui prend moins de deux volts. Également, il faut des sous noirs qui ont été confectionnés après 1988 parce qu’il n’y avait pas assez de cuivre dans les sous avant. Ce n’est pas le projet le plus excitant, mais on a vraiment aimé ça. C’est la première année qu’on participe à l’expo science », conclut Alexandra Tarnowski.

Critères de sélection
« Le niveau de recherche est assez élevé. On m’a parlé entre autres d’osmose inversée et de billes de polymère. On parle de sujets d’actualité qui sont très scientifiques, mais abordés dans un contexte commun. Plus on avance dans les années, plus les sujets deviennent complexes, mais déjà en quatrième année j’ai trouvé ça impressionnant », commente Dominique Seigneur, juge bénévole pour les quatrièmes années.

Différents prix seront remis ce soir aux jeunes s’étant le plus illustrés lors de l’expo science. Les équipes gagnantes du prix coup de cœur et communication présenteront leur projet dans d’autres écoles primaires de Verdun.

Articles récents du même sujet