IDS-Verdun

Des centaines de poissons morts découverts à L’Île-des-Soeurs

Photo: Audrey Clément-Robert

Des centaines de carcasses de poissons morts ont été découvertes par des citoyens sur les berges du lac des Battures, à L’Île-des-Soeurs. Une situation récurrente que déplore le maire de Verdun, Jean-François Parenteau.

Une odeur nauséabonde de viande avariée flottait dans le secteur du lac des Battures.

« Le problème se répète chaque année au printemps, des poissons sont trouvés morts », explique le maire.

Selon lui, ces épisodes de morts massives de poissons sont le résultat d’anoxie, c’est-à-dire le manque d’oxygène dans le lac. C’est que l’eau du bassin, stagnante, n’est pas suffisamment oxygénée par un autre courant d’eau.

« C’est le manque d’oxygène dans les bassins et la glace persistante cet hiver qui ont eu pour effet de tuer les poissons prisonniers sous la glace », ajoute M. Parenteau.

Résultat : Plusieurs centaines de poissons sont empilés le long des berges du lac des Battures, près du Golf Île-des-Sœurs et du Strom Spa.

Des employés de l’arrondissement et de l’organisme Nature-Action étaient sur place vendredi afin de nettoyer les berges du lac. À l’aide d’un grand filet, ils ont ramassé à la tonne les centaines de poissons rouges, carpes asiatiques, petits achigans et barbottes pour les mettre dans des sacs à ordures. Un membre de Nature-Action a également procédé à l’analyse des cadavres de poissons.

Solution à long terme
À l’arrondissement, on dit connaître la solution.

« Il faut installer une pompe pour aller chercher de l’eau dans le fleuve », affirme le maire Parenteau, précisant que l’eau du fleuve est plus oxygénée. Il ajoute qu’il a déjà la certification du ministère de l’Environnement pour aménager pompe et conduites d’eau. Un appel d’offres devrait être lancé d’ici une semaine ou deux.
Entretemps, le maire Parenteau souhaite utiliser l’eau de l’aqueduc municipale pour oxygéner le lac des Battures. Il devra toutefois obtenir la permission du gouvernement provincial.

« C’est malheureux comme situation, mais le temps va faire en sorte qu’on va finir par régler la question. On est plus dans la détérioration on est en mode solution. »

Des résidents inquiets
Du côté des résidents de l’Île-des-Sœurs, ce problème récurrent dérange. Plusieurs habitants ont tenté de rejoindre l’arrondissement de Verdun à ce sujet pour savoir entres autres s’il y avait eu un déversement de produit toxique dans le lac.

C’est d’ailleurs le cas de Daniela Villatora, présidente de l’Association des propriétaires résidents de l’Île-des-Sœurs (APRIDS) qui a vu ces corps morts flotter hier soir lors de sa marche autour du lac des Battures.

« J’ai contacté le ministère de l’Environnement et j’ai déposé une plainte. Ils m’ont posé plein de questions – de quelles couleurs sont les poissons, combien de poissons, quelle couleur le déversement, etc. Ils étaient déjà au courant et ils pensent que la ville va s’en occuper. En tout cas, ça fait toute une impression quand on voit ça », explique-t-elle dans un courriel.

L’arrondissement de Verdun soutient avec la confirmation de Nature-Action qu’il n’y a pas de pollution dans le Lac des Battures et qu’il s’agit d’un phénomène naturel. Toutefois, en raison de la problématique rencontrée l’an passé avec le déversement des égouts du Strom Spa dans le lac Lacoursière un peu plus loin sur l’île, des équipes procèdent toujours à la vérification de l’eau des résidents.

« On fait des tests au besoin au niveau des maisons et des nouvelles installations de plomberie de salle de bain. Par exemple, on s’assure avec des colorants dans les toilettes qu’il n’y a pas de mauvais branchement. Dès qu’il y a des odeurs, on va faire des lectures de H2S pour s’assurer qu’il n’y a pas de danger. Dans les équipes en place, je pense qu’il y a une sensibilisation extrême sur ce dossier depuis l’an dernier, tout est noté. On a mandaté des experts pour s’occuper de la situation aussi. »

En collaboration avec Audrey Clément-Robert

Articles récents du même sujet