IDS-Verdun

La piste cyclable éclairée cet été

Photo: Archives TC Media

Les lampadaires DEL du boulevard de L’Île-des-Sœurs, qui éclairent la piste cyclable, demeureront allumés pendant la saison estivale afin d’assurer la sécurité des usagers.

C’est la décision du maire de l’arrondissement de Verdun, Jean-François Parenteau, à la suite d’un avis préliminaire de la Direction de la santé publique (DSP) qui indique que les risques pour la santé sont faibles. L’avis complet de la DSP est attendu cet automne.

«Le niveau d’exposition à la lumière bleue résultant des lampadaires DEL est considéré comme peu élevé, de sorte que le risque de perturber le rythme circadien (cycle biologique physique et psychologie d’une journée) l’est tout autant», a-t-il affirmé.

L’arrondissement envisage cependant d’installer des vasques givrées ainsi que des louves dans certains lampadaires. Des conifères seront également plantés pour mieux isoler les maisons, un projet de quelque 200$ par lampadaire.

«Nous demeurons à l’écoute de nos citoyens. C’est pourquoi, après avoir reçu deux plaintes provenant du secteur de la rue de La Noue, nous prévoyons faire des interventions visant à éliminer l’effet d’éblouissement», ajoute le maire Parenteau.

Mécontentement
Bernard Tessier, dont la fenêtre de chambre est située directement en face d’un des lampadaires, considère que, même si ces mesures pourraient diminuer l’intensité de la lumière dans les résidences, elles ne sont la solution idéale.

«La vraie solution, c’est d’avoir un luminaire qui dirige la lumière vers le bas et uniquement vers le bas. Même si on installe des vasques ou des conifères, il y a quand même des animaux qui habitent dans les arbres, et ils n’ont pas de rideau», explique le résident de la rue de La Noue.

Selon lui, 27 des 44 lampadaires ont été installés du mauvais côté de la piste cyclable, et émettent 70 % de leur lumière sur les résidences.

«Cet éclairage DEL 4000 K éblouissant nous empêche de dormir la nuit. Ce n’est pas normal de se réveiller en pleine nuit pour éteindre les lumières et de se rendre compte que l’éclairage provient de dehors ou encore de longer les murs de sa cuisine tous les soirs pour éviter de regarder cette grosse masse lumineuse. C’est tout à fait inacceptable», peut-on lire dans une requête déposée au conseil d’arrondissement le 3 mai. Il s’agit d’une deuxième demande signée cette fois par 23 résidents qui souhaitent que les lampadaires soient éteints.

Installés en septembre au coût de près de 225 000$, les lampadaires couvrent la section du boulevard de L’Île-des-Sœurs près de la nouvelle école primaire, entre le carrefour giratoire Place du Commerce et le boulevard Marguerite-Bourgeoys, ainsi que la piste cyclable du boulevard Marguerite-Bourgeoys située entre le boulevard de L’Île-des-Sœurs et le Chemin du Club Marin.

Articles récents du même sujet