Île-des-Sœurs
18:32 21 septembre 2015 | mise à jour le: 21 septembre 2015 à 18:32

Vers une pénurie de terrains de soccer

Vers une pénurie de terrains de soccer
Photo: (Archives TC Média)

Le soccer est en pleine expansion à l’Île-des-Sœurs et la demande pourrait très bientôt dépasser l’offre. Le nombre d’équipes compétitives a triplé dans l’association Soccer Verdun depuis les trois dernières années et les deux terrains du parc Archambault, sur le Chemin du Club Marin, pourraient bientôt ne plus suffirent aux besoins.

En plus de toutes les équipes récréatives, huit équipes compétitives utilisent présentement les installations de l’Île-des-Sœurs. Selon l’estimation de Mike Zarmati, secrétaire d’administration de Soccer Verdun, l’association pourrait compter jusqu’à 15 équipes de soccer de compétition d’ici deux ans.

«On réussit à se débrouiller, mais on va bientôt manquer de place. Les équipes compétitives doivent s’entraîner plusieurs fois par semaine, ce qui prend beaucoup de temps», affirme-t-il.

En tout, c’est 24h de terrain par semaine que nécessitent ces huit équipes d’élite, ce chiffre n’incluant pas les matchs. M. Zarmati doit donc faire preuve d’imagination dans la composition des horaires. «Il faut parfois insérer des pratiques entre certains matchs et vice-versa».

La venue d’un terrain aux dimensions réduites au Centre communautaire Elgar dès l’été prochain devrait aider, mais ne constitue pas une solution permanente selon M. Zarmati. Avec les terrains à Verdun, il n’y a que quatre parcs sur le territoire où peuvent s’exercer les joueurs.

Démarches
L’arrondissement reconnait que la situation actuelle n’est pas idéale. «Nous sommes conscients du développement des associations sportives locales et que l’offre en terrains n’est pas toujours suffisante », a fait savoir Honorine Youmbissi, chargée de communication à l’arrondissement de Verdun.

La surutilisation des terrains s’est fait sentir lors des dernières semaines, la qualité des surfaces se détériorant rapidement. La situation a forcé la fermeture de ceux-ci le 11 septembre dernier, plus tôt que prévu.

«Il a été décidé de concert avec les associations de fermer les installations dans plusieurs parcs de l’arrondissement afin d’effectuer des opérations d’entretien en profondeur», ajoute Mme Youmbissi.

La ville étudie présentement la possibilité d’installer des terrains synthétiques dans ses parcs afin d’en faciliter l’entretien.