Lachine & Dorval

Une intersection dangereuse à revoir à Lachine

Photo: TC Media/David Cox

Au lendemain de l’accident mortel survenu lundi à l’intersection des rues Notre-Dame et Saint-Pierre, à Lachine, le Groupe de recherche appliquée en macroécologie (GRAME) ainsi que Revitalisation Saint-Pierre et le Conseil régional de l’environnement de Montréal demandent à ce que ce secteur soit sécurisé afin d’éviter qu’un tel drame ne se reproduise.
«La fermeture de l’entrée de l’autoroute 20, pendant trois ans, est une occasion d’intervenir rapidement sur une portion du secteur. Il est inacceptable d’attendre la réfection de l’échangeur Saint-Pierre pour agir», déplore Jonathan Théorêt, le directeur du GRAME.

M. Théorêt soutient que des infrastructures routières adaptées à la mobilité active, telles que des voies cyclables protégées et des avancées de trottoir diminuant la distance à parcourir pour traverser, sont nécessaires.

«Les résidents du quartier Saint-Pierre devraient pouvoir se rendre au bord de l’eau aussi paisiblement que les autres Lachinois, sans craindre pour leur vie.»

Au cours des dernières années, des comités locaux se sont mobilisés afin d’obtenir l’approbation des plans de réaménagement du secteur du viaduc Saint-Pierre par l’arrondissement et la ville-centre. «Selon les réponses que j’ai obtenues dans les derniers mois, le dossier est toujours en attente de priorisation par les services centraux de la Ville de Montréal», a fait savoir le directeur du GRAME, qui siège également sur le Comité transport de Lachine.

Articles récents du même sujet