Lachine & Dorval
14:59 20 juillet 2020 | mise à jour le: 22 juillet 2020 à 16:12 temps de lecture: 3 minutes

Amazon débarque officiellement à Lachine

Amazon débarque officiellement à Lachine
Photo: GracieusetéLe premier centre d’expédition Amazon au Québec a officiellement célébré son « Jour un » plus tôt ce mois-ci avec ses nouveaux employés. (Groupe CNW/Amazon Canada)

Le premier centre d’expédition du géant du commerce électronique américain Amazon a célébré son ouverture. L’entreprise est près du tiers de son objectif en matière d’embauches, alors qu’elle souhaite compter sur 300 employés d’ici le temps des Fêtes.

Le rôle du personnel est de recueillir, emballer et expédier aux clients les colis. À Lachine, ce sont les produits considérés petits et moyens qui sont entreposés, passant d’appareils ménagers aux livres, jusqu’aux jouets.

L’arrivée du centre d’expédition devrait réduire les délais à la réception des colis pour les consommateurs de la région du Grand Montréal. «C’est sûr qu’en rapprochant les articles des clients, on peut s’attendre à un meilleur service, explique le directeur du site, Jean-François Héroux. Mais il va falloir nous donner du temps pour arriver à notre plein potentiel.»

Près de 200 employés seront embauchés pour y arriver. Des journées de recrutement lors desquelles des candidats seront rencontrés seront tenues au cours des prochaines semaines.

La multinationale croit atteindre son objectif d’embauche en misant sur des salaires de 16$ de l’heure, des avantages sociaux intéressants et son programme Options carrières, dans le cadre duquel 95% des frais de scolarité sont payés aux employés participants.

«On sent qu’il y a une effervescence chez nous. Les gens sont fiers de travailler chez Amazon dès leur premier jour», considère M. Héroux.

Gestion du risque

La propagation de la COVID-19 est le plus gros défi du nouveau centre d’expédition, considère le gestionnaire de 37 ans. Les employés ont reçu une formation sur le port du masque et la distanciation physique. «On a des mesures importantes à l’interne à respecter. Les expliquer, ce n’est pas toujours évident», convient M. Héroux.

Sous le couvert de l’anonymat, des employés du centre d’expédition d’Amazon à Toronto avaient avoué à Radio-Canada que les allées étroites de leur milieu de travail rendaient la distanciation difficile. Une situation similaire sera évitée à Lachine, estime M. Héroux.

«En ce moment, les employés gardent près de douze mètres des uns des autres. On condamne même un peu nos capacités d’expédition pour y arriver», explique le diplômé en génie mécanique de l’Université McGill.

Penser vert

L’autre défi d’Amazon est d’ordre environnemental. Plus tôt cette année, 300 employés issus de la Californie ont signé une lettre ouverte pointant du doigt le manque d’efforts de l’entreprise dans cette sphère.

En novembre, la mairesse de Lachine Maja Vodanovic avait indiqué qu’Amazon devrait faire un effort au niveau de l’emballage, en «participant à l’économie circulaire autour du centre de tri.»

Le centre de Lachine fera des efforts au niveau du recyclage, assure M. Leroux. «On fait la valorisation de tout ce qui est carton et bois. On commence un programme de matière organique.»

Des efforts sont également déployés au niveau du suremballage. «Lorsqu’on peut expédier un produit uniquement dans son emballage original, on le fait», justifie M. Héroux.

Sur le site d’Amazon, on indique que les efforts de la multinationale ont permis de réduire de 244 000 tonnes ses matériaux d’emballage et de 500 millions de cartons d’expéditions.

Articles similaires