Lachine & Dorval
14:09 26 août 2020 | mise à jour le: 26 août 2020 à 14:09 temps de lecture: 3 minutes

Colorer un été terne

Colorer un été terne
Photo: Éric MartelNancy Overbury en processus de création sur le chemin Bord-du-Lac, à Dorval.

Lors des derniers jours, des peintures sont apparues devant près de 25 commerces du chemin Bord-du-Lac et de l’avenue Dorval. Il s’agit de l’initiative <@Ri>Trott’art<@$p> de Commerce Dorval qui vise à faciliter la distanciation physique.

La Cité s’inspire d’autres arrondissements de Montréal qui ont fait de même. «Pour nous, c’est important de mettre de la joie, de la couleur dans nos artères commerciales», a commenté la directrice de l’organisme de développement commercial, Béatrice Cuzzi.

Chaque œuvre est adaptée au commerce devant lequel elle est peinturée. On retrouve donc des pizzas et des crèmes glacées devant les restaurants, des fruits devant les marchés et des personnages devant les salons de coiffures, ce qui leur permet d’attirer le regard des passants.

Toutes les entreprises membres de Commerce Dorval ont été invitées à participer au projet. La création de chaque fresque leur coûte 10$. «Nous sommes agréablement surpris de la réponse de nos commerçants, avoue Mme Cuzzi. On sent leur désir d’apporter quelque chose d’intéressant au chemin.»

C’est l’artiste locale Nancy Overbury qui réalise l’ensemble des œuvres. «Elle le fait de manière presque bénévole, s’enthousiasme Mme Cuzzi. C’est de la pure gentillesse et générosité.»

La peintre réalise environ six fresques par jour. Le projet la sort de sa zone de confort, puisqu’elle n’a jamais travaillé directement sur l’asphalte.

«Chaque fois que je fais quelque chose, je veux apprendre, mentionne-t-elle. Dans ce cas-ci, c’est beaucoup de planification. Quand je commence une œuvre, je ne peux pas m’arrêter, alors il faut bien que je m’organise.»

Renouer avec le public

Propriétaire de l’atelier Overbury Arts, situé sur le chemin Bord-du-Lac, elle vend ses créations, en plus d’offrir des cours. Avec le confinement, l’entrepreneure a été contrainte de ralentir ses activités.

«Au moins, les gens voyaient ma vitrine et me contactaient. Mais c’était assurément une année moins active que les précédentes», avoue-t-elle.

La résidente de Pointe-Claire offre toujours des cours virtuels et des expositions virtuelles, mais elle avoue que le contact des autres lui manque. Peindre dans la rue lui permet de renouer avec les Dorvallois.

«J’adore cela, s’exclame-t-elle. Les gens s’arrêtent pour me parler, les enfants pointent mes œuvres pour les montrer à leurs parents et certains autobus klaxonnent lorsqu’ils me voient. C’est vraiment amusant.»

Les œuvres sont temporaires et devraient s’effacer naturellement vers le début du mois d’octobre.

Style particulier

Les oeuvres de Nancy Overbury sont reconnues pour leur texture en relief et leur aspect brillant. Avec des spatules, ou tout autre objet qui lui tombent sous la main, elle imite la profondeur afin de capter des paysages du Québec, qui l’inspirent particulièrement.

Articles similaires