Lachine & Dorval
11:43 29 septembre 2020 | mise à jour le: 29 septembre 2020 à 16:25 temps de lecture: 3 minutes

Protéger les berges à Lachine

Protéger les berges à Lachine
Photo: Éric MartelLes berges de Lachine à la hauteur de la 34e Avenue.

Afin de protéger ses berges à l’ouest de la 34e Avenue, Lachine consent un investissement de 145 000$ à la firme d’ingénierie FNX-Innov, qui aura comme mandat de planifier des travaux de stabilisation, prévus à l’automne 2021.

Ce tronçon de 2,1 kilomètres a été grandement affecté par la crue des eaux au cours des dernières années. Les inondations observées en 2017 et 2019 ont également causé une érosion forte, au point d’endommager grandement certaines portions de pistes cyclables.

«On analyse la situation afin de voir quels sont les endroits prioritaires où investir dans l’ouest. À l’automne, ce n’est qu’un petit bout que l’on pourra réparer», prévient la mairesse Maja Vodanovic.

Trouver une solution durable pour préserver les berges est la priorité. Celle-ci pourrait inclure une plantation assurant la vitalité de la faune et de la biodiversité.

«Il y a eu des millions investis dans nos berges de l’ouest au fil des années, décortique Mme Vodanovic. Les choses ont été faites d’une certaine manière, en espérant résister à la montée de l’eau.»

Les plans, qui seront présentés au printemps 2021, pourraient comprendre le réaménagement de certains sentiers et pistes cyclables, qui ont subi des dommages importants au fil des ans.

Une analyse des rives du long du lac Saint-Louis entre la 34e et 52e Avenue avait été effectuée par l’arrondissement en 2018, dans le cadre d’un mandat octroyé à la firme Écogénie.

Un rapport proposant des solutions n’a cependant pu être retenu, puisque les inondations printanières ont aggravé davantage la situation.

Planification en cours

Ailleurs à Lachine, d’autres berges seront revampées. Celles du parc René-Lévesque et du port de plaisance, qui sera transformé en parc, font l’objet d’une demande de financement du Service des grands parcs de Montréal au gouvernement fédéral.

Parallèlement, les murs de soutènement de la 12e jusqu’à la 6e Avenue devaient faire l’objet de travaux de Parcs Canada au début du mois. Ceux-ci ont été retardés pour des problèmes contractuels.

Errosion des berges

L’érosion est l’usure et la transformation que les eaux et les actions atmosphériques font subir à l’écorce terrestre.

Les travaux de stabilisation des rives près des infrastructures que doivent réaliser les municipalités se sont augmentés avec les années, constate le ministère de l’Environnement.

Le problème est à l’échelle mondiale, constate le chercheur de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), Damien Pham Van Bang. Il s’explique notamment par les changements climatiques et l’effet des crues.

«Par ces deux phénomènes combinés, ce sont vraiment toutes les côtes qui sont sujettes à l’érosion», constate-t-il.

Quelques solutions permettent de contrer le phénomène, tel que la construction d’un mur de soutènement, qui retient les sédiments et diminue l’impact des crues. L’autre alternative est la végétalisation, soit la méthode qui consiste à planter des végétaux qui stabilisent les berges grâce aux racines.

Articles similaires