LaSalle
11:27 26 mars 2020 | mise à jour le: 26 mars 2020 à 11:27 temps de lecture: 3 minutes

Faire des ponts en temps de crise

Faire des ponts en temps de crise
Photo: Gracieuseté - Hélène DavidHélène David travaille de chez elle, à Montréal.

La députée de Marguerite-Bourgeoys, Hélène David, l’avoue candidement: les deux dernières semaines ont été très occupées. Depuis le début des mesures musclées du gouvernement provincial pour enrayer la propagation de la COVID-19, elle se concentre presque exclusivement sur l’aide directe aux citoyens et aux organismes de LaSalle.

Même si cette crise du coronavirus touche tout le pays, Mme David affirme que ce sont les provinces qui sont en première ligne pour la gérer. Dès l’annonce de mettre le Québec en pause pour trois prochaines semaines, le téléphone n’a cessé de dérougir au bureau de la députée libérale.

«On accompagne bien nos entreprises là-dedans. On est comme des anges gardiens nous aussi, d’une certaine façon. On dirige les gens au bon numéro, au bon endroit», dit-elle.

Avant l’annonce de la fermeture des entreprises non essentielles, Mme David faisait déjà des suivis quasi quotidiens avec les organismes communautaires ainsi que les communautés religieuses et culturelles de LaSalle.

«Si les gens pensent que les députés travaillent moins en ce moment, parce qu’ils ne siègent pas à Québec, j’ai une petite nouvelle pour eux autres, on travaille énormément. Nos commettants ont besoin de nous.» — Hélène David, députée provinciale de Marguerite-Bourgeoys

Même si son bureau est aussi fermé, son équipe demeure disponible par téléphone et courriel. «On est des facilitatrices, on est beaucoup dans l’action, ajoute Hélène David. On est un important point de chute et de relais.»

Elle précise d’ailleurs collaborer avec ses collègues des différents paliers de gouvernement, chacun ayant son expertise. «Il y a beaucoup de solidarité, il n’y a pas de partisanerie, ce qui me fait un grand plaisir. Tout le monde aide tout le monde, dans tous les partis politiques», se réjouit-elle.

Hélène David cite en exemple des réunions avec le CIUSS de l’Ouest-de-l’Île où les députés concernés participent.

«La clé, c’est de se partager l’information. [La mairesse de LaSalle] Manon Barbe reçoit des appels d’entrepreneurs inquiets et me les réfère par la suite. Alors, on trouve des solutions et on met les gens en contact», explique la députée.

Quotidien différent

Habituellement, Mme David et son équipe répondent à des demandes générales de citoyens ou d’organismes pour mettre en œuvre des projets, par exemple. Depuis le début de la crise, elle tente plutôt de rassurer la population.

«C’est très valorisant pour une députée, parce qu’on se sent utile. Là, on ne coupe pas des rubans. C’est le fun, car ça veut dire que les projets avancent, mais là on est au cœur de l’action», conclut-elle.

Ses principaux dossiers concernent surtout la santé et l’économie, les préoccupations de l’heure.

Articles similaires