Lachine & Dorval

Anju Dhillon élue par plus de 11 000 voix

Photo: Hugo Lorini

 

La candidate Anju Dhillon a réussi son pari de reprendre un ancien château fort libéral balayé par la vague orange en 2011, en étant élue dans la circonscription Dorval-Lachine-Lasalle, a l’issue de la plus longue campagne de l’histoire politique moderne du Canada.

La circonscription n’a pas échappé au raz-de-marée libéral alors qu’elle a été élue par plus de 11 000 voix et 55% du vote.

«C’était mon rêve depuis un très jeune âge de devenir députée et aider les gens. Je n’ai pas de mots pour décrire ce que je ressens. Je peux juste dire merci à mes bénévoles et les gens qui m’ont élu», a indiqué émue la nouvelle députée libérale de Dorval-Lachine-LaSalle devant un rassemblement de partisans très bruyants.

Mme Dhillon, militante au Parti libéral depuis l’âge de 13 ans, a été la première femme d’origine sikhe à plaider devant les tribunaux du Québec.

«Ça fait 23 ans que je suis avec le Parti libéral. J’avais même serré la main de Paul Martin dès l’âge de 9 ans et quatre ans plus tard, j’ai commencé à faire du bénévolat avec lui», a raconté Mme Dhillon.

Elle explique la victoire écrasante des libéraux par le travail de son chef Justin Trudeau. «Il a mené une campagne très propre, stable et crédible, explique Mme Dhillon. Les gens se sont fiés au Parti libéral pour amener le changement qui était nécessaire au pays.»

La candidate libérale avait compté sur le support du maire de Lachine, Claude Dauphin, qui s’est d’ailleurs présenté au local de Mme Dhillon pour la féliciter en personne, en soirée. «La connaissant déjà, je sais que c’est une très bonne travaillante. On va s’organiser pour bien collaborer ensemble pour tous les dossiers de juridiction fédérale», a indiqué le maire et ancien chef de cabinet adjoint de Paul Martin pendant 5 ans.

«Je n’ai que de bons mots pour les autres candidats, dont la députée sortante Isabelle Morin qui a fait du bon travail pendant quatre ans. Elle a été victime de la vague libérale», a ajouté le maire de Lachine.

Mme Dhillon était entourée de plusieurs membres de la communauté sikhe et comptait sur l’appui de membres de sa famille qui avaient traversé le pays pour venir travailler sur sa campagne. «Je suis très bien entourée et je suis très fière d’être la première femme sud-asiatique à devenir députée au Parlement», a conclu la députée libérale.

Retour des libéraux
Il s’agissait de la première élection dans la nouvelle circonscription Dorval-Lachine-LaSalle créée lors du redécoupage électoral de 2013 à partir des circonscriptions Notre-Dame-de-Grâce-Lachine et Lasalle-Émard. C’est dans cette circonscription que Paul Martin avait siégé pendant 20 ans avant de se retirer de la vie politique en 2008.

Elle succède à la députée sortante Isabelle Morin du Nouveau parti démocratique (NPD) qui en avait surpris plus d’un en remportant l’élection de 2011 dans une circonscription historiquement libérale. Elle avait battu la députée Marlene Jennings qui avait remporté cinq mandats consécutifs dans Notre-Dame-de-Grâce-Lachine.

La candidate néo-démocrate a espéré garder son siège jusqu’à la fin. Elle explique la vague libérale par un vote stratégique pour déloger Stephen Harper.

«C’était une campagne vraiment longue et la question du niqab nous a fait mal. Les gens voulaient vraiment se débarrasser du gouvernement conservateur», a expliqué la députée défaite.

Elle ajoute que le changement à la loi électorale qui a permis de diffuser les résultats des maritimes avant la fermeture des bureaux de vote était une erreur.

Articles récents du même sujet