Le Plateau-Mont-Royal
18:46 11 novembre 2020 | mise à jour le: 12 novembre 2020 à 12:05 temps de lecture: 2 minutes

Fermeture de la Galerie Valentin de l’avenue Laurier Ouest

Fermeture de la Galerie Valentin de l’avenue Laurier Ouest
Photo: Jason Paré/Métro MédiaLa Galerie Valentin a été fondée en 1934 et se nommait à l’époque l’Art Français.

Après 86 ans sur le marché de l’art canadien, la Galerie Valentin du Plateau fermera ses portes le 18 décembre 2020. Cette décision a été prise à la suite du décès de son directeur et propriétaire l’année dernière.

La collection de la galerie se compose autant de grands classiques de l’art canadien que d’œuvres d’artistes contemporains.

C’est la succession de Jean-Pierre Valentin, représentée par sa conjointe Émilie Corbeil, qui a décidé de ne pas poursuivre les activités, précise Samia Zehil, assistante depuis 26 ans à la Galerie Valentin, située sur Laurier Ouest.

«C’est tellement niché comme milieu, surtout le milieu de l’art historique canadien. C’est complexe et c’est très spécifique. Jean-Pierre avait des connaissances acquises depuis 45 ans.» – Émilie Corbeil, conjointe de Jean-Pierre Valentin

Au moment où M. Valentin achète la galerie en 1975, elle se nomme l’Art Français. Les anciens propriétaires, Lucienne et Louis Lange, ont fondé la galerie en 1934 sur l’avenue Laurier et y exposaient des artistes français, mais également québécois.

«Quand Jean-Pierre l’a acquise, il a continué avec le fonds de la galerie, les Marc-Aurèle Fortin», se rappelle sa conjointe.

La galerie déménage sur la rue Sherbrooke en 1986 et devient la Galerie Valentin en 1992. Puis, tout récemment, elle retourne sur la rue Laurier.

Des circonstances particulières

«On n’a pas annoncé la vente de la galerie comme telle, admet Mme Corbeil, mais c’est un petit milieu, les gens se parlent.»

Elle dit avoir été approchée, mais ne pas avoir eu d’offres sérieuses.

«Les circonstances de 2020 sont un peu particulières», ajoute-t-elle.

Plusieurs œuvres canadiennes historiques sont en vente jusqu’à la fermeture, dont des toiles de Marcel Barbeau, Paul Vanier Beaulieu ou encore, Louise Scott, la fourchette de prix allant de 700 $ à 18 000 $.

Articles similaires