Le Plateau-Mont-Royal

Laurence Parent, être une femme en politique avec un handicap

Portrait Laurence Parent
Laurence Parent Photo: Patricia Miotto/Métro

En pleine campagne, la candidate au titre de conseillère d’arrondissement du district De Lorimier pour Projet Montréal, Laurence Parent, s’est entretenue avec Métro pour expliquer son parcours et ce qui l’a amené à la politique.

Vivant avec un handicap depuis sa naissance, Laurence Parent se décrit comme une personne «de petite taille qui se déplace en fauteuil roulant». 

Originaire de Lemieux proche de Victoriaville, elle grandit dans un environnement où les problèmes d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite sont moins fréquents.

À 17 ans, la jeune étudiante arrive à Montréal pour y faire son CÉGEP. C’est en constatant le manque d’accessibilité qu’elle s’est vite rendu compte des défis qui l’attendaient.

Lorsque je suis arrivée à Montréal, ce fût un choc. Pour la première fois, j’ai senti l’ampleur des obstacles

Laurence Parent, candidate au titre de conseillère d’arrondissement du district De Lorimier pour Projet Montréal

Après son baccalauréat en science politique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), la jeune universitaire constate rapidement le manque de programmes universitaires sur la mobilité et le Handicap dans la métropole. C’est à Toronto qu’elle trouva une maîtrise où il lui était enfin possible de travailler sur la mobilité et l’accessibilité.

Un passé d’activiste

Laurence Parent qui trouvait Toronto comme étant plus accessible, doit revenir après un an et demi à Montréal. Ce retour fut « difficile » face au manque d’accessibilité toujours présent, lui donnant ainsi le sentiment de « retourner en arrière ».

Elle y fait la rencontre de Linda Gauthier, une militante aussi en situation de handicap. Elles co-fondent ensuite le Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec (RAPLIQ).

Avec d’autres personnes handicapées et alliés sans handicap, elles commencent ensuite à manifester dans le métro, déposent des plaintes et s’engagent dans le combat pour l’accessibilité.

Par la suite, l’activiste entame un doctorat en sciences humaines à l’Université de Concordia. Elle y effectue sa thèse sur la mobilité à Montréal et devient chercheuse postdoctorale à l’Université d’Ottawa.

C’est lors des élections de 2017 que Laurence Parent gagne de l’espoir. Elle y entend la nouvelle mairesse Valérie Plante parler de mobilité.

Elle découvre ainsi que le handicap est un enjeu politique en plus d’être un enjeu social. La mairesse la nomme la même année pour intégrer le comité administratif de la Société de Transport de Montréal (STM). Elle y siégea au titre de représentante des clientes et clients du transport adapté.

«Je me suis joint [à la STM] parce que j’avais envie de changer les choses autrement», explique-t-elle.

Les débuts d’une carrière politique

C’est en août dernier que le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Rabouin, l’approche. Il lui propose de le joindre pour le poste de conseillère d’arrondissement du district De Lorimier.

La mobilité n’étant pas son unique enjeu en politique, elle accepte le défi. Elle se lance ainsi dans cette nouvelle aventure en faisant pour la première fois campagne. Cette femme de 36 ans compte bien s’imposer dans l’univers politique local malgré son jeune âge.

Laurence Parent faisant du porte-à-porte avec une bénévole dans le district De Lorimier ; Photo: Quentin Dufranne / Métro Média

Ne déplorant pas à ce jour d’animosité de la part de ces opposants politiques, Laurence Parent a conscience que d’être une jeune femme avec un handicap amène son lot de défis.

«Je n’ai pas énormément de modèles de personnes handicapées en politique […] on nous voit rarement en situation de pouvoir» explique-t-elle.

Même si le porte-à-porte amène ses défis en termes d’accessibilité, elle ne manque pas de motivation et silionne les rues du quartier avec ses bénévoles.

Bien que Laurence Parent ait conscience des limites de ses actions même une fois élue, la candidate ne se décourage pas pour autant et considère faire preuve « d’un optimisme réaliste ».

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité du Plateau – Mont-Royal.

Articles récents du même sujet