Le Plateau-Mont-Royal
14:53 22 juin 2016 | mise à jour le: 23 juin 2016 à 09:53 Temps de lecture: 2 minutes

Bâtiments vacants cherchent preneurs sur le Plateau

Bâtiments vacants cherchent preneurs sur le Plateau
Photo: Isabelle Bergeron/TC MediaDes bâtiment vacants de l'arrondissement Plateau Mont-Royal. 83 ru Napoléon ; 60 rue Milton et 3401 rue Frontenac.

Le Plateau-Mont-Royal recense une trentaine de bâtiments vacants sur son territoire. L’arrondissement vient de rendre la liste publique, dans l’espoir d’attirer des investisseurs voyant le potentiel de ces espaces souvent dévitalisés.

Certains immeubles valent aussi peu que 25 600$. D’autres peuvent grimper jusqu’à 701 200$. Nombre des structures présentées en images par l’administration locale sur leur site Internet montrent des bâtiments en état de délabrement avancé.

«On a plusieurs cas où c’est suite à un incendie, soit le propriétaire attend le règlement avec l’assurance ou n’a pas les moyens de rénover, alors il attend de vendre. Parfois, c’est suite à la fin d’activités commerciales ou des logements qui se sont libérés. Ce n’est toutefois pas une liste exhaustive. Si les bâtiments sont vacants, mais bien entretenus, ils peuvent ne pas y figurer», indique le chargé de communications de l’arrondissement Plateau-Mont-Royal, Michel Tanguay.

Le deux tiers des bâtiments vacants sont situés dans le district Jeanne-Mance. Le secteur se distingue par la valeur de ses terrains d’une moyenne de 419 815$ pour les bâtiments vacants. Un terrain dans Milton-parc est même évalué à 1 546 900$ par la Ville de Montréal.

Le Mile End et De Lorimier se situe plutôt autour de 300 000$ à 350 000$, mais avec seulement dix espaces non animés.

«Il y a plusieurs propriétaires dans cette liste de bâtiments qui ne répondent tout simplement pas aux appels. Il y a des investisseurs sérieux qui sont intéressés par leur immeuble, mais ils veulent attendre que ça s’écroule et que le terrain prenne davantage de valeur», déplore la conseillère d’arrondissement, Marie Plourde.

D’autres n’auraient tout simplement pas les moyens de rénover ou d’absorber la hausse de taxes qui découlerait de rénovations, selon elle.

L’administration locale se préoccupe des risques de sécurité, notamment en raison d’intrusions.

«Un bâtiment vacant, ça crée une dent creuse. C’est toujours un danger pour la sécurité et en plus, souvent, ça cause des dégradations aux immeubles alentour, ce qui est frustrant pour les propriétaires responsables. On espère que cette liste servira de petit électrochoc, qu’il y aura une prise de conscience des propriétaires et du public», mentionne l’élue.

La liste détaillée est disponible sur site Internet du Plateau-Mont-Royal.

Articles similaires