Mercier & Anjou

Fermeture des pataugeoires de MHM malgré la canicule

La pataugeoire du parc Jean-Amyot est fermée depuis le 22 août. Photo: Jason Paré/Métro Média

Malgré la canicule se poursuivant jusqu’à jeudi, toutes les pataugeoires de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve sont fermées depuis le 22 août.

L’ouverture de la piscine Maisonneuve a été en revanche prolongée et les 14 jeux d’eau de l’arrondissement demeurent en fonction jusqu’à la mi-septembre.

Pour ce qui est de la piscine Paul-Émile Sauvageau dans Tétreaultville, elle sera seulement accessible au public le 28 et le 29 août, une fois la canicule terminée.

«Conscient qu’il continue de faire chaud», l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve avait prolongé jusqu’au 22 août l’ouverture de la pataugeoire Saint-Clément, dans Viauville, et celle du parc Jean-Amyot, dans Longue-Pointe, «afin de compléter l’offre aquatique dans chacun des secteurs de l’arrondissement».

En revanche, les pataugeoires du parc Pierre-Bédard, De La Bruère et Pierre-Bernard — tous dans le secteur Mercier — ont mis fin à leurs activités le 15 août. Ces fermetures s’ajoutent à celles des pataugeoires du parc Victor, dans Tétreaultville, et du parc Aloysius, dans Hochelaga. Ces dernières n’ont pas été ouvertes de l’été et seront démolies prochainement pour être transformées.

Pénurie de sauveteurs

S’il n’est pas nécessaire d’avoir un brevet Sauveteur national pour surveiller une pataugeoire — les cours en premiers soins suffisent — le problème de disponibilités demeure le même que pour les piscines et ne date pas d’hier, explique le directeur général de la Société de sauvetage, Raynald Hawkins.

«C’est un problème qui existe depuis un bon nombre d’années. C’est la rentrée des cégeps qui est le facteur déterminant. Les employeurs se disent à court de personnel afin de maintenir l’horaire d’été pour les heures de baignade.»

M. Hawkins souhaiterait que cette rentrée scolaire soit repoussée en septembre, ce qui permettrait de prolonger les heures d’ouverture des piscines et pataugeoires, mais aiderait aussi les camps de jour, les camps d’été, ainsi que l’industrie du tourisme et de la restauration.

S’ajoute à cela la pandémie. Chaque année, pour répondre à la demande, un minimum de 5 000 à 5 500 jeunes de 13 à 14 ans doit être formé pour le premier niveau de sauvetage. L’objectif a été atteint en 2019, soutient M. Hawkins, mais en 2020, seulement 2 400 jeunes ont été formés.

«Alors, le 3100 qu’on n’a pas pu former à cause de la pandémie en 2020 se reflète déjà cette année, car ces jeunes n’ont pas plus fait leur deuxième ou troisième niveau qui les amène au Sauveteur national.»

Une tendance à la baisse qui semble se poursuivre, puisque depuis le 1er janvier, à peine 1 200 jeunes ont été formés. M. Hawkins croit que cette difficulté de recrutements se poursuivra l’année prochaine, et même en 2023.

«  On estime qu’entre 8 000 et 12 000 personnes travaillent comme préposés à la surveillance durant tout l’été et elles font une moyenne d’une trentaine d’heures par semaine.  »

Raynald Hawkins, directeur général de la Société de sauvetage

La Société de sauvetage propose également des formations aux jeunes retraités, mais le nombre de candidats serait bien moindre que celui chez les jeunes et ils seraient moins intéressés à travailler à temps plein pendant la période estivale, selon M. Hawkins. 

Piscines intérieures

Malgré ces difficultés, des piscines intérieures permettent à la population de MHM de se rafraîchir en temps de canicule. Si le Bain Morgan est fermé pour la période estivale, les piscines intérieures Pierre-Lorange et Édouard-Montpetit demeurent ouvertes.

Cependant, la piscine et la pataugeoire intérieure Annie-Pelletier, dans Mercier-Ouest, sont fermées du 23 août au 10 septembre pour des travaux d’entretien.

Articles récents du même sujet