Montréal-Nord
18:34 26 novembre 2020 | mise à jour le: 26 novembre 2020 à 18:35 temps de lecture: 3 minutes

Brunilda Reyes: Montréal-Nord a sa chevalière

Brunilda Reyes: Montréal-Nord a sa chevalière
Photo: Olivier Faucher/Archives MétroBrunilda Reyes

La fondatrice des Fourchettes de l’Espoir, Brunilda Reyes, a reçu la distinction honorifique de chevalière à l’Ordre de Montréal pour son implication dans la communauté. Dans une entrevue avec Métro, elle revient sur son parcours et entrevoit l’avenir de son quartier avec beaucoup d’optimisme.

«Je suis réellement fière de mon parcours, mais c’est un travail d’équipe. Tout le travail que j’ai fait c’est un engagement parce que moi je l’ai reçu en arrivant ici», réagit Brunilda Reyes à sa nomination de chevalière à l’Ordre de Montréal.

Cette année, elle est l’une des 19 personnalités à devenir membre cet ordre créé en 2016 qui vise à reconnaître les ambassadeurs exceptionnels de la métropole.

L’ordre de Montréal a décrit Mme Reyes comme étant «une chef de file accomplie du milieu communautaire montréalais».

25 ans dans le quartier

C’est en 1995 que Mme Reyes s’est installée à Montréal-Nord après avoir fui la situation politique du Chili, son pays d’origine.

«À mon arrivée, j’ai constaté avec grande surprise qu’il y avait une partie de la population qui vivait dans la pauvreté. C’était un choc pour moi, parce que du Chili et même de la France, l’Amérique du Nord c’est la richesse et la prospérité.»

C’est ainsi qu’elle s’est donné comme mission de venir en aide aux plus démunis de son quartier, et c’est par l’entrepreneuriat social qu’elle y arrivera en fondant les Fourchettes de l’Espoir, en 2001.

Aujourd’hui, l’organisme qui œuvre notamment en sécurité alimentaire est l’un des plus importants de l’arrondissement.

En 25 ans, l’implication citoyenne est ce qui a fait le plus évoluer le quartier, selon Mme Reyes.

«Avant, les citoyens étaient cachés avec leur problématique. C’était très difficile d’avoir de l’implication citoyenne dans les activités. Petit à petit, j’ai vu des citoyens qui voulaient s’impliquer, des comités citoyens se former. Ils travaillent davantage sur des solutions pour eux et sur des solutions collectives, plus durables.»

Optimisme pour l’avenir

Pour Mme Reyes, Montréal-Nord a tout le potentiel pour améliorer nettement son sort dans les prochaines années.

«Ce que je vois chez les citoyens, c’est la diversité, c’est des adolescents qui veulent réellement arriver à se faire un projet de vie, c’est des enfants très intelligents qui peuvent s’épanouir. La seule chose qu’ils attendent, ce sont des opportunités pour pouvoir se développer. Les autorités nationales doivent nous fournir les ressources pour un développement qui soit durable.» -Brunilda Reyes, fondatrice des Fourchettes de l’Espoir

Et s’il y a un volet qui permettrait au quartier de se distinguer de manière positive, selon elle, c’est la culture. «On a des cultures totalement différentes qui ont appris à vivre ensemble», fait-elle valoir.

Le rêve de plus cher de Mme Reyes, c’est que Montréal-Nord soit assez fort collectivement pour tisser un «fil de protection» pour ses citoyens.

«Je souhaite que chaque personne avec un besoin puisse entrer dans ce fil de protection et avoir du monde qui, à chaque étape de son parcours, va l’aider, dit-elle. Est-ce que je vais le voir se réaliser? Il me reste encore quelques années avant la retraite», conclut-elle.

Articles similaires