Montréal-Nord
13:51 1 décembre 2020 | mise à jour le: 1 décembre 2020 à 13:56 temps de lecture: 3 minutes

La nouvelle porte d’entrée des immigrants à Montréal-Nord

La nouvelle porte d’entrée des immigrants à Montréal-Nord
Photo: Olivier Faucher/MétroAdolphe N. Beya, Sandrine Messomo et D-lorah Brézault dans le nouveau local de l’ICI, situé sur le boulevard Léger.

C’est en pleine pandémie que le «guichet unique» chargé d’accueillir tous les nouveaux arrivants à Montréal-Nord a ouvert ses portes. Son but est de simplifier autant que possible la vie des nombreux immigrants qui choisissent de s’installer dans le quartier.

«C’est plus facile pour le nouvel arrivant. C’est ça la valeur. On vient harmoniser et coordonner ce qui se faisait déjà», résume la coordonnatrice des services du nouvel organisme pour l’Intégration, la citoyenneté et l’Inclusion (ICI) Sandrine Messomo.

Celle-ci et son équipe sont installées depuis début septembre dans des locaux du 5835 boulevard Léger.

L’ICI est le «guichet unique» que souhaitait voir naître le ministère de l’Immigration, de la francisation et de l’intégration du Québec dans Montréal-Nord, septième arrondissement comptant le plus d’immigrants récents à Montréal. Sa mission consiste à accompagner les nouveaux Nord-Montréalais dans leur intégration dans la communauté et leur venir en aide en fonction de leurs besoins.

Depuis son ouverture, l’ICI a surtout aidé des demandeurs d’asile déjà sur le territoire. Moins d’immigrants arrivent au Québec cette année en raison de la pandémie, mais l’organisme trouve tout de même son utilité. Sa mission est de venir en aide aux immigrants arrivés depuis moins de cinq ans.

Même si des demandeurs d’asile habitent Montréal-Nord depuis plusieurs années, ils ne connaissent pas nécessairement pas les ressources qui peuvent leur venir en aide alors que l’offre de service pouvant répondre à leurs besoins est divisée parmi les nombreux organismes du territoire.

«Ils étaient un peu perdus avant, explique Mme Messomo. À partir d’ici, ils peuvent avoir la bonne information.»

L’organisme notamment venu en aide à plusieurs demandeurs d’asile qui souhaitent être reconnus comme «ange gardien» et ainsi voir leur statut être régularisé par le gouvernement pour avoir travaillé dans le milieu de la santé durant la première vague.

L’ICI est venu en aide à une trentaine de personnes en deux mois, mais ses services sont de plus en plus sollicités à mesure qu’il se fait connaître.

Fonctionnement

Chaque immigrant qui sollicite l’aide de l’ICI est notamment pris en charge par le conseiller en intégration Adolphe N. Beya.

«Ils arrivent ici avec du stress, une question qui nécessite d’avoir une réponse», explique-t-il.

Après avoir évalué les besoins de la personne, M. Beya lui dresse un plan d’intégration personnalisé.

À partir de celui-ci, l’agente de liaison D-lorah Brézault contacte les ressources communautaires qui peuvent répondre à ces besoins.

Pour les immigrants venant tout juste d’arriver, l’accès à un logement, à des ressources alimentaires abordables ou à des vêtements d’hiver peut être urgent.

Les activités de groupe, importantes pour la mission de l’organisme, sont toutefois perturbées par la pandémie, soit

«On travaille aussi sur l’inclusion et le vivre ensemble. On voudrait faire des activités rassembleuses, mais on ne peut pas faire de rassemblements. C’est là que c’est plus difficile.»

Articles similaires