Local
12:46 16 septembre 2020 | mise à jour le: 16 septembre 2020 à 13:52 temps de lecture: 4 minutes

Des citoyens contre un projet résidentiel

Des citoyens contre un projet résidentiel
Photo: François Lemieux/Cités NouvellesLes citoyens du chemin North Ridge souhaitent que la ville-centre achète le terrain du club de golf Royal Montréal.

L’avenir d’un boisé de plus de 140 000 mètres carrés, soit l’équivalent de 26 terrains de football, est visé par un projet de développement résidentiel dans le nord de L’Île-Bizard. Inquiets, plus de 1300 résidents ont signé une pétition afin de s’opposer à tout développement immobilier dans cette forêt.

«Nous demandons à la ville-centre de la préserver. C’est la seule forêt mature qu’il reste à l’ouest de L’île-Bizard. Ce terrain sert notamment de terrain tampon en matière d’inondations», indique Stephanie Soussamian, une résidente du chemin North Ridge, qui est bordée au nord et au sud par le boisé.

L’actuel propriétaire du terrain, le club de golf Royal Montréal serait en discussions avec un promoteur immobilier afin de le vendre. Il a été impossible de connaître son identité.

Le secteur est zoné résidentiel. Dans un effort pour empêcher le développement résidentiel, le maire d’arrondissement, Normand Marinacci, a récemment proposé de rezoner l’endroit pour permettre les usages golf, parc et récréation.

«Ils pourraient faire des choses qui sont liées à des activités récréatives en plein air. Par exemple, un centre d’entraînement ou un champ de pratique de golf. Je ne pouvais pas juste envoyer un avis de motion pour transformer le terrain en parc. Ils auraient pu nous accuser d’expropriation déguisée», explique-t-il.

Proposition rejetée

La proposition du maire a été rejetée par le reste du conseil d’arrondissement lors de la dernière séance publique tenue à huis clos, le 1er septembre.

Les quatre conseillers, dont trois sont de Projet Montréal, la même formation politique dont est membre M. Marinacci, ont plutôt voté en faveur de restreindre les règles de lotissement faisant passer la superficie minimale des lots à 3000 mètres carrés.

Cela diminue le nombre potentiel de maisons de 50 à environ 20. Le problème reste toutefois inchangé, déplore M. Marinacci. Il souhaiterait voir le service des grands parcs de la Ville acheter le terrain pour l’inclure dans le projet de Grand parc de l’Ouest.

«Peu importe la taille des lots, le promoteur veut construire. En permettant [seulement] les activités récréatives, ça empêcherait la vente à un promoteur qui veut construire. Il aurait pu contester, mais on était bien armé pour se battre en cour. Ça nous aurait donné plus de temps pour voir si les grands parcs seraient intéressés d’acheter», explique-t-il.

Réactions

Les conseillers Christian Larocque et Yves Sarault se montrent critiques de la stratégie du maire. «Le club de golf pourrait vouloir agrandir. S’ils font un champ de pratique, ils couperont au moins 70% des arbres sur 1 km. Ce n’est pas la bonne manière de proscrire les résidences», croit M. Larocque.

De zoner le secteur récréatif commercial ouvrirait la porte à toutes sortes d’utilisations qui ne préserveraient pas l’environnement et le caractère champêtre des lieux, selon M. Sarault.

«Avez-vous déjà pensé à un mini-put ou un champ de pratique de golf avec des lumières de stationnement? Avez-vous déjà pensé au trafic que ça occasionnerait? Vous ne pouvez pas présumer de ce qui va se passer une fois un permis d’une utilisation récréative commerciale octroyé», fait-il valoir.

Les quatre conseillers ont également voté en faveur d’exiger que 60% des arbres soient protégés sur chaque lot. Le service des grands parcs en serait à faire une analyse du terrain, selon M. Marinacci.

14

Seulement 14 maisons sont situées sur le chemin North Ridge, bordée au nord et au sud par le terrain du club de golf Royal Montréal.

Articles similaires