Ouest-de-l’Île
06:00 24 novembre 2020 | mise à jour le: 24 novembre 2020 à 07:07 temps de lecture: 4 minutes

L’engagement de jeunes de l’Ouest-de-l’Île reconnu

L’engagement de jeunes de l’Ouest-de-l’Île reconnu
Photo: GracieusetéSally El-Kouzi

Plusieurs élèves du secondaire et un étudiant universitaire de l’Ouest-de-l’Île se sont mérité des bourses Forces Avenir, le mois dernier. Organisme à but non lucratif ayant pour mission de reconnaître, d’honorer et de promouvoir l’engagement étudiant, Forces Avenir a distribué cette année des récompenses d’une valeur totale de 590 000$.

Présidente du conseil des élèves à l’école secondaire Des Sources, à Dollard-des-Ormeaux, instigatrice et présidente du comité LGBTQ+, membre des Pairs Aidants Formateurs (PAF) et du Club d’entraînement, Sally El-Kouzi a été choisie lauréate régionale dans la catégorie Élève engagé pour son engagement alors qu’elle était encore au secondaire.

«Ma motivation est vraiment de faire du bien au monde. J’adore aider les autres et être reconnue pour ça», souligne-t-elle.

Son leadership, son sens des responsabilités lui ont permis de se démarquer. Elle a finalisé son premier semi-marathon l’hiver dernier tout en trouvant le temps d’enseigner le ski les fins de semaine.

Parcours inspirant

Dans la catégorie Élève persévérant, Rayènne Bouallegue a remporté un prix régional. À son arrivée au secondaire, Rayènne a dû intégrer un groupe d’adaptation scolaire.

L’année suivante, il se retrouve en classe régulière. Puis, en quatrième secondaire, il a été accepté au programme d’éducation internationale (PEI).

Il investit son énergie dans divers comités. Par exemple, avec Bel Environnement, il supervise les bénévoles de la cafétéria verte.

«Ça m’apporte un sentiment d’appartenance à l’école. J’ai vraiment l’impression d’être utile», indique-t-il.

Fier de pouvoir servir de modèle en prouvant aux élèves des classes de soutien qu’avec des efforts, s’améliorer et même joindre le PEI sont choses faisables, il espère un jour être médecin ou enseignant.

Son prix prévoit une somme de 500$ ainsi qu’une bourse d’études universitaires de premier cycle.

Pairs aidants

Le groupe Pairs aidants formateurs (PAFS) est composé de 15 jeunes de quatrième et cinquième secondaires qui, avec l’aide de la Fondation Jean Lapointe et du Centre de prévention des dépendances, animent des ateliers de sensibilisation sur les effets de la consommation pour les classes de deuxième et troisième secondaires.

Lauréat régional dans la catégorie Projet engagé, le groupe souhaite aider les jeunes à faire des choix plus éclairés en ne leur faisant la morale.

Les 15 élèves donnent plus de 40 ateliers dans une quinzaine de classes par année, sensibilisant ainsi plus de 400 jeunes.

Philippe Boucher

Étudiant engagé auprès des peuples autochtones, Philippe Boucher, qui demeure à L’Île-Bizard et étudie à la maîtrise à l’Université de Montréal, a remporté la palme de la personnalité 1er cycle, grâce à son engagement durant son baccalauréat en études des peuples autochtones et en sociologie de l’Université Concordia.

Cette récompense est accompagnée d’une bourse de 4000$. Du scoutisme à la coordination d’activités scolaires, son parcours a été jalonné d’engagements de toutes sortes. Dès son arrivée à l’université, Philippe a été élu responsable des événements puis coprésident de l’association étudiante.

Récemment, il a coordonné l’événement First Voices Week, qui présente sur une semaine plus d’une vingtaine de conférences en lien avec les peuples autochtones. Engagé activement dans le Centre d’amitié autochtone de Montréal, Philippe s’implique aussi avec Ivirtivik, un centre d’employabilité inuit spécialisé en réintégration socioprofessionnelle.

«J’ai réalisé à travers les années que je n’en connaissais pas assez sur la cause autochtone. Je sentais que je pouvais apporter quelque chose et qu’il y avait un besoin de sensibilisation chez les non-autochtones surtout pour créer des liens», explique-t-il.

Philippe entend consacrer sa carrière à la recherche et à l’implantation de solutions durables s’appliquant aux divers enjeux vécus les peuples autochtones.

«Ces gens inspireront leurs amis, leurs collègues, les membres de leur famille et seront de dignes porte-parole pour valoriser au Québec le système d’éducation». – François Grégoire, président-directeur général de Forces Avenir

Articles similaires