Ouest-de-l'Île
12:58 26 novembre 2020 | mise à jour le: 26 novembre 2020 à 12:58 temps de lecture: 3 minutes

Le Zoo Ecomuseum perd un de ses pensionnaires

Le Zoo Ecomuseum perd un de ses pensionnaires
Photo: GracieusetéUn grand corbeau a disparu de sa volière du Zoo Ecomuseum.

Le Zoo Ecomuseum de Sainte-Anne-de-Bellevue a été victime d’une entrée par effraction plus tôt cette semaine. Un ou des intrus auraient brisé l’intégrité de la volière d’un grand corbeau, créant ainsi une ouverture par laquelle l’oiseau fut soit emmené, soit laissé pour qu’il sorte seul de son aire de vie.

Le larcin s’est déroulé entre le lundi soir et le mardi matin. Les caméras de sécurité n’auraient pas permis de prendre en flagrant délit le ou les malfaiteurs.

«On avait des caméras sur une portion du site, qui est grand et difficile à couvrir au complet. Mais elles ne couvraient pas le chemin qui a été emprunté. On a quatre points d’entrée. La ou les personnes sont entrées par celui du coin éloigné en arrière. Cette entrée n’était pas couverte par une caméra», souligne le directeur général du Zoo, David Rodrigue.

Plusieurs caméras supplémentaires ont depuis été installées.

«Les deux derniers jours ont été occupés à coordonner avec les autorités. Nous enquêtons sur la situation», indique M. Rodrigue.

Le corbeau nommé Kola était sous les soins des animaliers du Zoo depuis quatre ans.

Il a été confié à l’établissement zoologique par un centre de réhabilitation après avoir été sauvé et soigné d’une aile cassée et plusieurs blessures. Celles-ci l’ont laissé inapte à survivre seul s’il avait été retourné en milieu naturel.

«Il présente des problèmes chroniques de santé, qui étaient bien contrôlés sous nos soins grâce à des médicaments quotidiens. De plus, il a besoin de soins spécialisés en raison de ses limitations physiques et il nécessite une approche particulière pour lui préparer et lui offrir sa nourriture. Kola était sous nos soins afin que son bien-être soit assuré», précise M. Rodrigue.

Motif

Aucun indice ne permettrait pour le moment de déterminer le motif du geste. «Nous ne savons pas si l’intention derrière était issue de pure méchanceté, d’un désir d’obtenir un corbeau, ou du comportement odieux de quelqu’un espérant attirer l’attention et faire un point concernant les animaux sous soins humains professionnels», souligne le directeur général.

L’oiseau pourrait ne pas survivre longtemps s’il n’est pas rapporté au Zoo Ecomuseum, croit M. Rodrigue.

«Ses médicaments quotidiens sont spécifiques et essentiels à son bien-être. Les approches particulières pour l’alimenter, ainsi que les soins spéciaux nécessaires pour s’assurer qu’il n’est pas soumis à un stress excessif, sont tout aussi importants. Ce n’est pas un animal domestique ou de compagnie», avertit-il.

C’est la première fois que le Zoo Ecomuseum est victime d’un acte criminel. M. Rodrigue ajoute que toute information relative à Kola et au crime commis serait utile et demeurerait confidentielle.

Confinement

Le Zoo Ecomuseum a rouvert ses portes à la fin de la première période de confinement, à la fin juin, avant de fermer à nouveau, en octobre.

Articles similaires