Ouest-de-l’Île

Se retrouver autrement

Grands Frères et Grandes Sœurs Se retrouver autrement
Un jeune avec son mentor des Grands Frères et Grandes Sœurs de l’Ouest-de-l’Île. Photo: Gracieuseté GFGSOI

Depuis plus d’une vingtaine d’années, les Grands Frères et Grandes Sœurs de l’Ouest-de-l’Île (GFGSOI) invitent annuellement les jeunes parrainés à un déjeuner de Saint-Valentin avec leur mentor dans un restaurant de la région. Or, étant donné le confinement, les organisateurs ont trouvé une alternative afin de partager un moment privilégié.

Les participants pourront commander un repas du traiteur montréalais Brera qui leur sera livré la veille de la fête de l’amour. «On voulait faire un souper pour que tout le monde puisse manger avec leur famille ou leur partenaire», mentionne Ashley Tillotson, coordonnatrice relation communautaire et collecte de fonds chez GFGSOI.

Une partie des fonds récoltés sera remise à l’organisme qui a pour mission de mettre en contact des jeunes avec un mentor. Ce repas de la Saint-Valentin est aussi un moment pour retrouver un entre-soi communautaire, insiste Mme Tillotson.

«C’est un événement pour la communauté, pour parler des gens de l’Ouest-de-l’Île», soutient-elle. Les membres seront en effet invités à partager des photos du souper gastronomique sur les réseaux sociaux.

«C’est une journée pour nos petits et nos grands. Normalement, ils venaient manger ensemble un petit-déjeuner avant d’aller à l’école ou au travail», rappelle Mme Tillotson.

Année difficile

L’année aura été éprouvante pour l’organisme de bienfaisance. Non seulement les offres pour devenir grand frère ou grande sœur ont diminué, mais les demandes des jeunes ont inversement augmenté.

«[Dans la dernière année], il y a eu des moments où les enfants étaient seuls chez eux, explique Mme Tillotson. Ils n’avaient pas leur professeur ou leurs amis pour parler s’il y avait quelque chose.»

Quant à la baisse d’offre de bénévolat, la peur de la pandémie pourrait expliquer cette situation, avance la responsable chez GFGSOI.

«Il y a des gens qui voulaient faire une pause pour quelques mois parce qu’ils n’étaient pas sûrs s’ils pouvaient aller voir leur petit», précise-t-elle.

Modèles masculins

Presque tout le monde peut être jumelé à un jeune. Or, l’organisme est surtout à la recherche de grands frères actuellement.

À peu près 90% des demandes proviennent de garçons qui demandent d’être parrainés avec un homme, selon Ashley Tillotson.

«Normalement, c’est parce que ces garçons ont déjà plusieurs femmes qui jouent un rôle positif dans leur vie, alors qu’ils n’ont pas de figure masculine positive», expose la coordonnatrice.

Il y a aussi les intérêts qui entrent en ligne de compte. En général, les garçons cherchent un grand frère avec ils pourraient pratiquer un sport, admet-elle.

Les personnes intéressées à participer au souper de la Saint-Valentin des GFGSOI ont jusqu’au 11 février pour signaler leur intérêt.

Inscriptions: info@traiteurbrera.com ou sur la page Facebook de l’organisme.

Articles récents du même sujet